Auteur : muller_p

Génération TAFTA : Les nouveaux partenariats de la mondialisation


Christian Deblock et Joël Lebullenger

Edition PUR, 2018, 352 pages

La mondialisation a changé. Ses cadres normatifs aussi ! Des accords commerciaux transatlantiques, transpacifiques, transasiatiques ou autres, viennent brouiller les cartes. Cet ouvrage replace les nouveaux accords de partenariat dans leur contexte, puis analyse les enjeux et les motifs d’inquiétude qu’ils suscitent, en s’intéressant tout particulièrement aux partenariats transatlantiques (CETA, TTIP/TAFTA) et transpacifique (TPP).

À propos des auteurs

Christian Deblock est professeur titulaire à la faculté de science politique et de droit de l’université du Québec à Montréal et directeur de recherche du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation.

Joël Lebullenger est professeur émérite à la faculté de droit et de science politique de l’université de Rennes 1 et titulaire d’une Chaire européenne Jean Monnet.

Avis de soutenance de Jean-Charles St-Louis : Parler de ”la diversité” au Québec. Une étude généalogique des discussions contemporaines sur le pluralisme et la citoyenneté

Doctorant en science politique à l’UQAM, Jean-Charles St-Louis soutiendra sa thèse intitulée Parler de ”la diversité” au Québec. Une étude généalogique des discussions contemporaines sur le pluralisme et la citoyenneté le 3 Mai prochain à 13h.

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter  l’avis soutenance complet de Jean-Charles St-Louis.

L’ouvrage de Caroline Patsias retenu en sélection finale pour le Prix francophone de l’ACSP 2018

Le livre Une chronique de la démocratie ordinaire. Les comités de citoyen au Québec et en France de Caroline Patsias, professeure en science politique est retenu en sélection finale du Prix francophone de l’ACSP 2018. Le nom du lauréat ou de la lauréate sera annoncé lors du Dîner de la présidente de l’ACSP 2018 à Regina.  

À propos du livre

Caroline Patsias aborde des questions complexes (la démocratie, la représentation, le et la politique) dans un langage extrêmement clair, précis et accessible. Il s’agit d’une contribution très significative à la science politique, en particulier au Québec où se font très peu d’études ethnographiques en science politique. L’objectif de l’auteure est de comprendre le rapport au politique construit dans les comités de citoyens en France et au Québec, leurs ressemblances et différences et trouver des pistes d’explication à ces différents éléments. Le puzzle est particulièrement intéressant puisqu’il s’appuie sur l’analyse de type ethnographique de comités de citoyens, qui ne sont ni des organismes militants classiques, ni des associations de loisirs. Leur statut d’entre-deux ajoute beaucoup à la richesse de l’analyse, de même que la dimension comparée. Comment parle-t-on de la politique dans notre quotidien ? Voilà une question qui peut sembler anodine, mais la recherche comparative de Caroline Patsias, nous permet d’avoir une réponse nuancée à cette question. Elle identifie deux styles de groupe dans ces comités de citoyens; le style marseillais, plus clientéliste parle beaucoup politique à l’interne mais peu à l’externe; le style québécois, lié à l’idée d’empowerment, ne parle pas beaucoup de politique à l’interne, mais agit de manière politique à l’externe. Elle montre comment notre rapport au politique est conditionné par notre système politique, les relations existantes entre l’État et la société ainsi que la culture politique dominante.

Appel à contributions – Revue Interventions économiques

Hommage à Stephen Clarkson : dilemmes de gouvernance multiple dans la « nouvelle » Amérique du Nord après l’ALENA et l’AECG

APPEL À CONTRIBUTIONS

Date limite pour soumettre : 15 mai 2018

1. Mise en perspective

Stephen Clarkson a consacré une grande partie de sa carrière de chercheur à documenter de manière exceptionnelle l’évolution de l’Amérique du Nord comme territoire, dans toutes ses complexités concurrentes tant aux niveaux local, régional, national et mondial. Ses nombreux ouvrages – du Reagan Challenge à Big Blue Machine, de Uncle Sam and Us à Dependent America ? – ont apporté un éclairage précieux sur les dynamiques nord-américaines à l’œuvre depuis un quart de siècle et permettent aux publics canadiens et étrangers de réexaminer l’exercice de la puissance américaine en Amérique du Nord sous plusieurs angles, tant sur le plan institutionnel que sur le fonctionnement des marchés transnationaux. Ses recherches se sont particulièrement concentrées sur la façon dont les partis politiques et les puissants présidents et premiers ministres ont établi et façonné les agendas de politique publique, comment ils ont relevé les défis majeurs auxquels ils ont dû faire face et enfin quel usage ont-ils fait de l’appareil bureaucratique pour laminer leurs ennemis et récompenser leurs amis. Souvent citée comme sa publication la plus importante et la plus durable, la biographie en deux volumes de Trudeau, co-écrite avec sa partenaire Christina McCall Newman, ne suffit pas à faire honneur à son extraordinaire contribution : en tant qu’économiste politique et politologue professionnel, Clarkson a endossé bien d’autres rôles au cours de sa vie, notamment en tant qu’intellectuel à l’écoute du public, faisant des recherches sur le comportement politique et l’intérêt personnel des élites. Cela l’a amené à examiner en profondeur la mondialisation néolibérale comme une force tenace, contradictoire et polarisante sur les personnes, les marchés, les communautés et les gouvernements.

2. Thématique du numéro

Ce numéro de la revue Interventions économiques, spécifiquement consacré à la prolifique contribution de Stephen Clarkson sur l’étude de l’Amérique du Nord, portera sur la façon dont la gouvernance commerciale et les politiques nationales ont influencé les politiques publiques dans la « nouvelle » Amérique du Nord, celle qui prend progressivement forme depuis les 20 dernières années.

Les contributions peuvent être à dominante empirique (résultats et discussion) ou à dominante théorique (de nature plus conceptuelle, à partir des concepts et approches relatives à la thématique).

3. Comité de coordination responsable de ce numéro

4. Modalités

Les articles peuvent être rédigés en français, en anglais ou en espagnol.

Le résumé de votre proposition (1 page maximum + coordonnées) doit être transmis à tremblay.diane-gabrielle@teluq.ca et deblock.christian@uqam.ca.

Date limite pour la réception des propositions : 15 mai 2018
Réaction aux auteur.e.s concernant leur proposition : 1er juin 2018
Date limite pour la réception des textes : 30 juin 2018

Tous les textes reçus seront examinés par l’équipe de coordination du numéro puis envoyés à deux évaluateurs externes (évaluation à l’aveugle).

5. Protocole de rédaction

Accéder en ligne au protocole de rédaction

Les articles proposés au Comité de rédaction doivent être originaux, ne pas avoir été soumis ailleurs et ne pas avoir été publiés dans une autre langue. Les articles n’excèderont pas 25 pages (incluant tableaux, graphiques et bibliographie) à interligne et demi (ou 50 000 signes) et devront être accompagnés d’un court résumé d’une dizaine de lignes, en anglais et en français, et de cinq mots clé, en anglais et français également.

L’auteur.e fournira les renseignements suivants : son nom, son adresse, son numéro de téléphone, son adresse électronique ainsi que son titre et son établissement de rattachement.

Les textes seront examinés de façon anonyme par deux lecteurs externes (ou trois s’il n’y a pas entente sur l’évaluation). Les articles soumis présenteront des résultats de recherche originaux et des qualités telles que la lisibilité et la pertinence par rapport à la problématique générale du numéro. Les articles publiés restent la propriété de la revue.

Pour plus d’informations consulter le fichier de l’appel à contributions ci-dessous.

Document joint

 

Séance d’information sur les bourses d’études supérieures du CRSH et du FRQSC

Vous désirez postuler à une bourse d’un organisme subventionnaire pour la suite de vos études ? Vous devez y réfléchir dès maintenant !

La Faculté de science politique et de droit vous invite à une séance d’information portant sur les bourses d’études supérieures du CRSH et du FRQSC, animée par François Drainville, du Service de soutien académique de l’UQAM.

Quand : Le mercredi 25 avril, à 13h, au A-2885

Vous y apprendrez tout ce que vous devez savoir sur les différentes bourses des organismes gouvernementaux, les dates à retenir, les conditions d’admissibilité, les questions à se poser, l’aide et les outils dont vous disposez, etc.

Vous êtes intéressés à postuler pour une de ces bourses ? Venez assister à cette séance d’information !

Pour toute question, veuillez contacter François Laplante-Lévesque : laplante-levesque.francois@uqam.ca

La crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace

Francis Dupuis-Déri

Edition remue-ménage, 2018, 320 pages

Une crise de la masculinité, dit-on, sévit dans nos sociétés trop féminisées. Les hommes souffriraient parce que les femmes et les féministes prennent trop de place. Parmi les symptômes de cette crise, on évoque les difficultés scolaires des garçons, l’incapacité des hommes à draguer, le refus des tribunaux d’accorder la garde des enfants au père en cas de séparation, sans oublier les suicides. Pourtant, l’histoire révèle que la crise de la masculinité aurait commencé dès l’antiquité romaine et qu’elle toucherait aujourd’hui des pays aussi différents que le Canada, les États-Unis et la France, mais aussi l’Inde, Israël, le Japon et la Russie. L’homme serait-il toujours et partout en crise?

Dans ce livre, Francis Dupuis-Déri propose une étonnante enquête sur ce discours de la «crise de la masculinité», dont il retrace l’histoire longue et ses expressions particulières selon le contexte et les catégories d’hommes en cause, notamment les «hommes blancs en colère» ainsi que les Africains-Américains et les «jeunes Arabes». Il analyse l’émergence du «Mouvement des hommes» dans les années 1970 et du «Mouvement des droits des pères» dans les années 1990 et leurs échos dans les réseaux chrétiens et néonazis. Il se demande finalement quelle est la signification politique de cette rhétorique, qui a pour effet de susciter la pitié envers les hommes, de justifier les violences masculines contre les femmes et de discréditer le projet de l’égalité entre les sexes.

À propos de l’auteur

Professeur de science politique, Francis Dupuis-Déri est affilié à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il a signé de nombreux ouvrages sur la démocratie et les mouvements sociaux et codirigé les ouvrages collectifs Le mouvement masculiniste au Québec (avec Mélissa Blais) et Les antiféminismes (avec Diane Lamoureux) aux Éditions du remue-ménage.

Retour sur… l’atelier étudiant sur la Grande Eurasie

Le vendredi 6 avril 2018 s’est tenue, à l’Université du Québec à Montréal, une journée d’études au cours de laquelle étudiant.e.s des cycles supérieurs, chercheurs émergents et professeurs ont échangé sur le thème de la « Grande Eurasie ». Les treize contributions originales réparties dans cinq panels ont brossé un vaste portrait des enjeux de recherche actuels en Relations internationales, en économie politique internationale et en histoire. Le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) félicite l’Observatoire de l’Asie et l’Observatoire de l’Eurasie d’avoir fait de cette journée un succès.

Le programme fut également enrichi par une conférence de Frédéric Wang, Professeur au département des études chinoises de l’Université Sorbonne Paris Cité et sinologue de stature internationale. Spécialiste de la pensée chinoise, particulièrement du néoconfucianisme des dynasties Song et Ming, M. Wang a interrogé les textes de Mencius (-372 ; -289), le plus important héritier de Confucius, et de Zhuangzi (-369 ; -286), l’un des fondateurs du taoïsme sur un sujet toujours d’actualité : « Faut-il servir le prince ? ».

Le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation remercie le comité organisateur de cet événement, Yann Breault, Gabrielle Dionne-Legendre et Gauthier Mouton, ainsi que les professeurs et tous les participant.e.s. 

      

Simulation des Nations Unies de New York : encore une victoire pour l’UQAM !

“Les délégations étudiantes de la Faculté de science politique et de droit et de l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM) ont obtenu la plus haute distinction (prix Outstanding Delegation) dans le cadre de la Simulation des Nations Unies, qui avait lieu au siège de l’ONU à New York, du 18 au 22 mars (conférence A) et du 25 au 29 mars (conférence B). Cette simulation, la plus importante du genre au monde, réunit annuellement plus de 5000 étudiants en provenance des six continents, chacune des délégations représentant un pays membre de l’ONU.

La délégation de la Faculté de science politique et droit, qui représentait la Tunisie, a obtenu le prix Outstanding Delegation lors de la conférence B. Il s’agissait du 11e prix en 13 ans pour la Faculté. Quatre Outstanding Position Paper et un Outstanding Delegatesont aussi été remportés.

La délégation était formée des étudiants Ismaël Boudissa, Emily Blanchette, Nicolas Cloutier, Maël Foucault, Léa Lesage-Landry, Valérie Dubé, Isabelle Bouchard, Justine Lalonde, Anne Moïse, Catherine Boissé, Patricia Moreno Fernández, Laure Côté-Rabel, Thomas Baroin, Anne-Marie Fortin, Léonie Bourdeau, Rayan Roumiguieres, Emma Larroumet, Julie McClatchie, Florencia Cassagnet, Olivia Malenfant, Philippe Fleury et Butul Mohammad Ishoq.

Les étudiants étaient encadrés par les chargés de cours Lukas Di Blasio-Brochard (M.A. science politique, 2011) et Guillaume Cliche-Rivard (LL. B., 2014), de même que par Yasmine Hajjali, finissante au baccalauréat en relations internationales et droit international.”

Source : actualites.uqam.ca

Le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) publie son rapport et énonce 10 recommandations

             

“Ce rapport synthèse est l’aboutissement de l’étude pancanadienne menée durant l’année 2017 et pour laquelle le CEIM a organisé une vaste consultation publique d’un bout à l’autre du pays, afin de connaître et de rendre compte de la position des Canadiennes et des Canadiens sur la dimension sociale de la politique commerciale déployée par le gouvernement.

Le CEIM propose dix recommandations spécifiques à la mise en œuvre d’une politique commerciale, qui serait en mesure de refléter les valeurs défendues et partagées par la population canadienne, notamment l’équité en matière de droits et le renforcement de la participation de la société civile.

Convaincu de l’importance de pérenniser le dialogue pancanadien ici amorcé, le CEIM travaille actuellement à la mise en œuvre d’un réseau d’experts composé d’une quinzaine de spécialistes issus à la fois du milieu académique et de la société civile, en vue de fournir une expertise multisectorielle de haut calibre et d’ainsi proposer des lignes directrices innovantes et propices à l’avancement d’un agenda commercial progressiste.”

Source : ceim.uqam.ca

Voir le rapport en ligne : Vers une politique commerciale socialement responsable

Le Forum des politiques publiques (FPP) dévoile son rapport sur le financement politique

Le Forum des politiques publiques (FPP) , en partenariat avec Élections Canada, s’est déroulé sous la forme d’une table ronde le 11 octobre 2017 à Montréal. Le FPP rassemble différents participants au processus d’élaboration des politiques. Il leur offre une tribune pour examiner des questions et apporter de nouveaux points de vue et de nouvelles idées dans le débat sur les politiques.

Hugo Cyr, doyen de la Faculté de science politique et de droit, était présent à cette table ronde. Trois thèmes ont été abordés : le financement public et privé, la transparence et les dépenses électorales. Suite à cette rencontre, le FPP dévoile aujourd’hui son rapport sur le financement politique, « Transparent et équitable : moderniser le financement politique au Canada ».

Lire le rapport

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5