Publications

Mise en ligne de livres en libre accès

De concert avec le Centre d’analyse politique : constitution – fédéralisme, le Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie et le Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales, la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC) lance un projet de mise en ligne d’une vingtaine de livres en libre accès.

Au cours des prochaines semaines, des livres publiés par les Presses de l’Université Laval, Québec Amérique et les Presses Peter Lang seront mis en accès libre. Nous remercions chacune de ces maisons d’édition de son appui.

  • Presses de l’Université Laval
  • Collection Politeia aux Presses de l’Université du Québec
  • Les Éditions Thémis
  • Wilson & Lafleur Ltée

Ces livres ont en commun de traiter de l’apport du pluralisme communautaire, idéologique, politique, culturel et philosophique à l’avancement et à l’approfondissement des pratiques démocratiques.

Bonne lecture !

Alain-G. Gagnon

Source : Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes

La culture à l’ère du numérique Plateformes, normes et politiques

Par Antonios Vlassis, Michèle Rioux et Destiny Tchéhouali (dir.) – Préface : Bernard Rentier / Épilogue : Charles Vallerand

RÉSUMÉ DU LIVRE

Dans un contexte de convergence sectorielle entre culture, commerce et numérique (Internet et réseaux de télécommunications), l’ouvrage se fixe pour objet d’explorer les tensions entre globalisation numérique et industries culturelles. Plus spécifiquement, notre objectif est de mettre en lumière les pratiques des plateformes numériques dans le secteur culturel (audiovisuel, cinéma, musique, livre), d’analyser la cohérence des politiques culturelles dans une perspective comparative et de saisir pourquoi et comment les acteurs et leurs stratégies entendent embrasser des enjeux transversaux tels que la découvrabilité, la promotion et la protection des expressions culturelles diversifiées, le droit d’auteur et les conditions économiques et sociales des créateurs à l’ère du numérique, la coopération internationale dans le domaine culturel. À cet égard, nous visons à repenser les cadres de l’intervention publique dans le but de déboucher sur de nouvelles normes et trajectoires de gouvernance et sur de nouveaux modèles de politiques publiques en matière de culture et de numérique.

Source : Presses Universitaires de Liege

Modération ou extrémisme? Regards critiques sur la loi 21

Informations

Sous la direction de  : 
Leila CelisDia DabbyDominique LeydetVincent Romani

Discipline : 
Science politique

Parution : 19 août 2020
242 pages
Format papier : 25.00 $
Format PDF : 25.00 $


Le but des auteurs est de favoriser une prise de conscience des enjeux de Loi 21 afin de manifester une solidarité nécessaire avec celles et ceux qui se trouvent affectés par une loi qui porte d’abord atteinte à leur liberté fondamentale d’exprimer et de pratiquer leur foi.

Description

La place qu’occupe la religion dans l’espace public suscite depuis plusieurs années des débats difficiles dans la société québécoise. La Loi sur la laïcité de l’État, adoptée hâtivement par le gouvernement de la CAQ en 2019, en est la plus récente illustration. Tant par son contenu que par le processus de son adoption, la Loi 21 a provoqué des réactions passionnées. Mais que veut dire vivre et réguler la religion au quotidien au Québec à l’aune de la Loi sur la laïcité de l’État ? C’est là la question à laquelle les 15 essais réunis ici tentent de répondre en examinant de façon critique les choix politiques faits par le gouvernement Legault et leurs conséquences immédiates et possibles. À partir de disciplines et de perspectives théoriques différentes, les auteurs et autrices proposent un arsenal argumentatif dont l’objectif premier est de déconstruire les raisons invoquées par le gouvernement Legault en faveur de la Loi sur la laïcité de l’État . Il apporte ainsi une contribution essentielle à un débat qui est loin d’être clos.

Source : Presses de l’Université Laval

Peuples autochtones et politique au Québec et au Canada

Identités, citoyennetés et autodétermination

Résumé

Ce livre rassemble des textes de chercheurs et chercheuses de plusieurs disciplines et des entretiens avec des leaders des Premières Nations travaillant à l’élargissement des espaces autochtones. Ces voix diverses donnent accès à des analyses de première main concernant les processus historiques et contemporains dans lesquels s’ancrent les relations entre les peuples autochtones, l’État et la société québécoise. Ces processus se font largement au détriment des premiers, comme la sphère publique québécoise commence à peine à le reconnaître dans la foulée de différents rapports produits pour les gouvernements fédéral et québécois. Ces rapports soulignent, du même souffle, les processus de résistance des peuples autochtones, de même que les trop lentes transformations sociopolitiques en cours.

Peuples autochtones et politique au Québec et au Canada : identités, citoyennetés et autodétermination apporte un éclairage novateur qui saura profiter tant aux spécialistes des questions relatives aux peuples autochtones qu’aux personnes soucieuses de mieux comprendre les dynamiques politiques qui marquent les communautés autochtones ainsi que la société québécoise dans son ensemble. Il présente des données de recherche inédites et des réflexions susceptibles de contribuer aux grands débats – concernant, par exemple, le racisme systémique, la violence contre les femmes autochtones et le partage du territoire ­– qui interpellent le Québec et le forcent à faire face à ses défis politiques.

Source : Presses de l’université du Québec

La réforme du mode de scrutin au Québec

Trajectoires gouvernementales et pistes de réflexion

Auteur : Julien Verville

Collection : Politeia

Résumé
Au Québec, le mode de scrutin employé est le scrutin majoritaire uninominal à un tour. Il s’agit de l’un des modes de scrutin reconnu comme le moins désirable puisqu’il produit de fortes distorsions électorales et cause à l’occasion des anomalies dans les résultats électoraux. Depuis 1970, le Parti québécois et le Parti libéral du Québec se sont engagés à plusieurs reprises à réformer le mode de scrutin. S’alternant au pouvoir sans partage depuis plus de 40 ans, ces deux partis ont eu quelques occasions de mettre en place les réformes électorales promises, mais n’ont pas agi sur cette question.  En 2018, une page s’est tournée dans le système partisan québécois et un nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec fut élu. Le premier ministre, François Legault, a lui aussi promis de réformer le mode de scrutin; un engagement réitéré à maintes occasions.

Le débat sur la question est bien relancé et le présent ouvrage arrive à point pour participer à la discussion collective. Proposant une analyse théorique, empirique et normative, ce livre veut expliquer pourquoi les gouvernements québécois n’ont pas réformé le mode de scrutin jusqu’à ce jour et souhaite mettre en lumière les obstacles auxquels risque de faire face cette réforme au sein du gouvernement. Présentant plusieurs données qui n’avaient pas été publiées à ce jour, cet ouvrage s’appuie entre autres sur des entretiens avec des responsables politiques et sur les délibérations du Conseil des ministres.

Pour plusieurs citoyens, le mode de scrutin demeure une institution invisible, dont ils connaissent peu les mécanismes. Toutefois, il importe de s’y intéresser puisqu’il joue un rôle politique central dans une démocratie représentative en permettant de relier les préférences de la population aux choix politiques des gouvernements. En lisant cet ouvrage, tous pourront comprendre les aboutissants de cette réforme s’ils veulent la voir se concrétiser au Québec.

Source : Presses de l’Université du Québec

Managing Immigration in the Canadian Federation: The Case of Quebec

Par: Pierre-Loup BeauregardAlain-G. Gagnon et Jean-Denis Garon
International Affairs and Canadian Migration Policy (2020), en ligne.

Résumé :

Le Québec est la seule province qui bénéficie d’un accord formel de décentralisation avec le gouvernement fédéral dans le domaine de l’immigration. Cet accord permet au gouvernement provincial du Québec de sélectionner ses immigrants de la catégorie économique, mais pas les réfugiés ou les immigrants associés au programme de réunification familiale. Ce chapitre explique le contexte dans lequel une telle décentralisation asymétrique s’est progressivement mise en place. Dans un premier temps, les auteurs décrivent les fondements constitutionnels et l’évolution historique des pouvoirs législatifs provinciaux et fédéraux en matière de politiques d’immigration. Ensuite, ils donnent un aperçu des circonstances politiques et historiques qui ont amené Ottawa à accorder des pouvoirs supplémentaires au Québec. Les auteurs discutent également des principales raisons qui ont amené le Québec à demander plus de décentralisation. Parmi ces raisons figurent la spécificité linguistique du Québec, ainsi que son approche interculturelle distincte de l’intégration, qui contraste avec la politique canadienne du multiculturalisme. Après avoir évalué les plus récents développements des politiques d’immigration du Québec, les auteurs offrent quelques comparaisons internationales suggérant que le système asymétrique Canada-Québec est un modus operandiunique et qui, au Canada, donne au Québec une voix distincte en ce qui a tait au processus de sélection des immigrants. 

Nouveau numéro pour Revista Lüvo

Dans cette édition, nous rassemblons des réflexions, des critiques, des récits, des expériences, des dessins, des photographies, de la musique sous le thème « Toujours insurgé-es » : Féminismes et militantisme ».

La couverture de la revue, puissante et d’une beauté exceptionnelle, a été créée par Danielle Camurça. Elle rend hommage à celles qui ont toujours été des insurgées dans leurs espaces, territoires, locis ou corps. Particulièrement, à trois femmes qui ont été tuées pour leur activisme politique, Berta Cáceres (Honduras), Marielle Franco (Brésil) et Mariana Paéz (Colombie). Dans ce numéro, nous rassemblons des féministes qui parlent de leur militance, qui nous ont donné des outils subversifs afin de remettre en question de l’ordre établi.

Cette édition de la revue Lüvo nous invite à s’interroger sur la façon dont nous transformons nos vies à partir des diverses formes de militance féministe.

Revue en ligne :
https://fr.calameo.com/read/00481305978096d3a850f

Pour voir la revue en PDF, vous pouvez la télécharger directement de notre site web: 
https://fundacionluvo.org/publicaciones/revista-luvo/

Enfin, la publication sur Facebook se trouve ici


Priscyll Anctil Avoine, doctorante au département de science politique est  directrice principale de la Fundación Lüvo et éditrice au sein d’un collectif féministe de la Revista Lüvo.

Minority Nations in the Age of Uncertainty: New Paths to National Emancipation and Empowerment par Alain-G. Gagnon

La version croate de Minority Nations in the Age of Uncertainty: New Paths to National Emancipation and Empowerment vient de paraître aux Presses universitaires de Mostar !
Depuis trente ans, Alain-G. Gagnon s’est imposé comme l’un des principaux experts du fédéralisme et des démocraties multinationales. Dans L’Âge des incertitudes: essais sur le fédéralisme et la diversité nationale, il présente une thèse accessible portant sur les façons dont les nations minoritaires se prennent en charge dans un environnement mondial plutôt défavorable aux minorités nationales et aux nations minoritaires. 
Comparant les conditions au Québec, en Catalogne et en Écosse, Gagnon propose six essais inter-reliés sur les minorités nationales et les nations minoritaires, les processus d’accommodement, et l’autonomie et l’autodétermination en contexte démocratique. Il soutient que l’autodétermination de ces « nations sans État » peut tout autant de nos jours se réaliser par l’engagement et la négociation au sein du système fédéral dans la mesure où l’esprit fédéral existe véritablement.
Déjà traduit en plus de vingt langues à partir de l’original français, L’Âge des incertitudes est un texte essentiel sur la théorie du fédéralisme multinational et la politique au sein des nations minoritaires.

LES GRANDS DOSSIERS DE DIPLOMATIE N° 57

Nouvelle publication Des grands dossiers de diplomatie avec des textes de Julien Tourreille, de Jacques Lévesque et de Yann Breault, membres du personnel enseignant du département de science politique de l’UQAM.

Donald Trump et la Russie : l’impossible rapprochement
Par Julien Tourreille, chercheur en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques (UQAM).

Russie et Ukraine au Donbass : la quadrature du cercle
Par Jacques Lévesque, professeur émérite au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre de l’Observatoire de l’Eurasie, rattaché au CEIM.

La logique changeante de la course russo-américaine aux armes nucléaires
Par Yann Breault, professeur au Collège militaire royal de St-Jean (Québec).

Pour plus d’informations, c’est ici.

Multinational federalism: challenges, shortcomings and promises

Une nouvelle publication d’Alain-G. Gagnon.

Résumé:
Le fédéralisme démocratique multinational ne doit pas être conçu comme une panacée mais comme un moyen concret d’atteindre trois objectifs clés essentiels à la gestion des conflits, à savoir (1) découpler et distinguer les notions de « nation » et d' »État », (2) renforcer le sentiment d’identité par l’instauration d’une politique de reconnaissance et (3) développer un meilleur équilibre entre l’autonomie gouvernementale et le partage du pouvoir par la mise en œuvre d’une multiplicité d’initiatives de collaboration tout en misant sur le principe d’autonomie politique. Le fédéralisme multinational ouvre la voie à l’élaboration d’instruments politiques permettant de réduire et de limiter la domination de la nation majoritaire sur les autres groupes nationaux. Dans la mesure où les nations minoritaires sont traitées équitablement, on pourra s’attendre à ce que la stabilité de l’État soit grandement accrue et que la loyauté constitutionnelle gagne en importance. En bref, la retenue de la part de la nation majoritaire est plus une garantie de succès que l’imposition de normes.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5