• Pourquoi choisir la science politique à l'UQAM

Publications

Nouvelle publication de Julián Durazo Hermann

L’intégration régionale ne concerne que les accords d’échange commercial et la coopération économique, mais aussi les processus sociaux et politiques que les États membres visent à intégrer dans une seule dynamique commune. Le succès de l’intégration régionale dépend donc de l’engagement du public dans un débat ouvert et éclairé qui examine et exploite pleinement les possibilités offertes par les changements découlant de l’intégration et de la mondialisation. En outre, cette conception ouverte et inclusive, à laquelle ce livre entend contribuer, est une garantie du caractère démocratique et consensuel du processus.
Ce livre est le résultat de la collaboration entre l’Université du Cap-Vert (Uni-CV) et l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il présente des articles de recherche originaux qui représentent un effort collectif, systématique et complet visant à une analyse innovante de l’intégration régionale, tout en cherchant à comprendre en profondeur ses défis et la solution de ses problèmes.

https://insular.com.br/produto/olhares-cruzados-leituras-comparativas-da-integracao-regional-em-africa-e-na-america-latina/

Allison Harell, Valuing Liberty or Equality? Empathetic Personality and Political Intolerance of Harmful Speech

Harell A, Hinckley R and Mansell J (2021) Valuing Liberty or Equality? Empathetic Personality and Political Intolerance of Harmful Speech. Front. Polit. Sci. 3:663858.

Résumé

Political tolerance is a core democratic value, yet a long-standing research agenda suggests that citizens are unwilling to put this value into practice when confronted by groups that they dislike. One of the most disliked groups, especially in recent times, are those promoting racist ideologies. Racist speech poses a challenge to the ideal of political tolerance because it challenges another core tenet of democratic politics – the value of equality. How do citizens deal with threats to equality when making decisions about what speech they believe should be allowed in their communities? In this article, we contribute to the rich literature on political tolerance, but focus on empathy as a key, and understudied, personality trait that should be central to how – and when – citizens reject certain types of speech. Empathy as a cognitive trait relates to one’s capacity to accurately perceive the feeling state of another person. Some people are more prone to worry and care about the feelings of other people, and such empathetic people should be most likely to reject speech that causes harm. Using a comparative online survey in Canada (n = 1,555) and the United States (n = 1627) conducted in 2017, we examine whether empathetic personalities – as measured by a modified version of the Toronto Empathy Scale – predict the tolerance of political activities by “least-liked” as well as prejudicially motivated groups. Using both a standard least-liked political tolerance battery, as well as a vignette experiment that manipulates group type, we test whether higher levels of trait empathy negatively correlate with tolerance of racist speech. Our findings show that empathy powerfully moderates the ways in which citizens react to different forms of objectionable speech.

Pour consulter cet article.

Julián Durazo Herrmann, Olhares cruzados: Leituras comparativas da integração regional em África e na América Latina

Julian Durazo Herrmann, Olhares cruzados: Leituras comparativas da integração regional em África e na América Latina, Insular, Florianopolis, 2021, 164 p.

L’intégration régionale ne concerne que les accords d’échange commercial et la coopération économique, mais aussi les processus sociaux et politiques que les États membres visent à intégrer dans une seule dynamique commune. Le succès de l’intégration régionale dépend donc de l’engagement du public dans un débat ouvert et éclairé qui examine et exploite pleinement les possibilités offertes par les changements découlant de l’intégration et de la mondialisation. En outre, cette conception ouverte et inclusive, à laquelle ce livre entend contribuer, est une garantie du caractère démocratique et consensuel du processus. 


Ce livre est le résultat de la collaboration entre l’Université du Cap-Vert (Uni-CV) et l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il présente des articles de recherche originaux qui représentent un effort collectif, systématique et complet visant à une analyse innovante de l’intégration régionale, tout en cherchant à comprendre en profondeur ses défis et la solution de ses problèmes.

La reconversion économique des régions québécoises : Les expériences de Sorel-Tracy et Drummondville

Marc-André Houle est titulaire d’un doctorat en science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Résumé

La fin des Trente Glorieuses, l’accélération de la mondialisation et la libéralisation des marchés à partir des années 1970 ont forcé des villes et des régions entières, tout spécialement celles de tradition industrielle, à se repositionner sur le plan économique. Le cas des grands centres a été abondamment documenté, mais qu’en est-il des villes de taille intermédiaire ? Au Québec, les villes de Sorel-Tracy en Montérégie et de Drummondville au Centre-du-Québec s’avèrent des pôles industriels d’importance au XXe siècle. Grâce à son chantier maritime, à l’industrie métallurgique et aux entreprises de la famille Simard, Sorel-Tracy a accueilli, à une certaine époque, les ouvriers les mieux rémunérés du Québec. Au même moment, Drummondville, avec ses manufactures du textile et ses milliers de travailleurs, était reconnue comme la « ville de la soie ». Après avoir connu la gloire puis la dévitalisation, ces villes ont entamé des démarches de reconversion qui leur ont permis de renaître.

Dans le présent ouvrage, Marc-André Houle retrace la trajectoire industrielle de ces deux villes et de leurs régions. L’auteur documente le processus qui a mené à leur reconversion économique, tout en s’intéressant plus largement à la gouvernance et à la trajectoire des politiques de développement régional et des politiques industrielles au Québec. Ce livre s’adresse autant aux chercheurs, aux étudiants et aux professionnels du développement économique qu’aux lecteurs et lectrices intéressés par le développement du Québec et de ses régions.

Pour de plus amples informations sur l’ouvrage et pour vous le procurer, veuillez consulter le site internet des PUQ.

Competitive Loss, Gendered Backlash and Sexism in Politics

Article rédigé par Jordan Mansell, professeur associé à l’IEIM, Allison Harell & Tania Gosselin, professeures au Département de science politique de l’UQAM et Melanee Thomas, University of Calgary.

Mansell, J., Harell, A., Thomas, M. et al. Competitive Loss, Gendered Backlash and Sexism in Politics. Polit Behav (2021).

Résumé

Politics is often seen as a zero-sum game, so understanding how competition affects political behavior is a fruitful, yet underexplored area of study. Reactions to competition are known to be gendered, as women are significantly more aware of and averse to the potential negative effects of competition—risk and loss—than are men. Participants (n = 1296) completed an experiment involving a non-political competitive task, where they were randomly assigned to receive a negative cue about their individual or gendered group’s poor performance. Following this, we assessed their levels of political ambition, efficacy, interest, and sexism. We hypothesize that: (1) negative performance feedback on a competitive task will decrease political ambition, efficacy, and interest among women; and (2) men who receive negative feedback about their performance relative to women will report higher levels of sexism. We use a non-binary measure of masculinity/femininity that helps explain how gender identity affects these outcomes. Evidence does not support the conclusion that negative feedback about competition contributes to women’s lower levels of psychological engagement with politics. However, results show that negative performance feedback, particularly when it is relative to women, increases sexism in men. Furthermore, the effect of negative feedback on sexism is larger when men identify more strongly as masculine. We argue that threatening men’s relative performance partly explains larger trends of backlash against women in politics.

Pour lire cet article, veuillez consulter le site internet de Springer.

Publication d’un chapitre par Alain-G. Gagnon et Félix Mathieu

Donnant suite à une conférence tenue en 2018 à l’Université Canberra (Australie) dans le cadre des activités de l’Association internationale des centres de recherche pour les études fédérales (IACFS), le professeur Alain-G. Gagnon et Félix Mathieu (doctorat en science politique, UQAM) publient le chapitre « (Still) in Search of the Federal Spirit » dans l’ouvrage Beyond Autonomy: Practical and Theoretical Challenges to 21st Century Federalism, sous la direction de Tracy B. Fenwick et Andrew C. Banfield (Brill | Nijhoff, 2021).

La Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes, dont le titulaire est Alain-G. Gagnon, est un membre actif de l’IACFS depuis une quinzaine d’années déjà.

Pour consulter ou commander l’ouvrage : https://brill.com/view/title/59464

Nouvelle publication par Anne-Marie Gingras

Nouvelle publication par Anne-Marie Gingras.

« Freedom of Expression and Humor in Canada : The Case of Jérémy Gabriel v. Mike Ward » dans Media and Law: Between Free Speech and Censorship (dir: M. Deflem et D. M. D. Silva), vol. 26 de Sociology of Crime, Law and Deviance, Emerald Publishing.

https://www.emerald.com/insight/publication/doi/10.1108/S1521-6136202126

Le texte porte sur plusieurs enjeux qui transcendent la confrontation entre deux droits essentiels en démocratie : le droit à la liberté d’expression et le droit à la dignité, à l’honneur et à la réputation. Il explicite les motifs sur lesquels la Cour suprême du Canada s’est fondée pour faire valoir l’importance de la liberté d’expression et conclut que le cas à l’étude ne peut se justifier selon ces motifs. Après une réflexion sur la manière dont le rire est déclenché, y compris fondé sur l’humour noir, le texte détaille la stratégie publicitaire de l’humoriste pour qui une poursuite judiciaire est une occasion en or d’élargir son public.

Parution de la version italienne de « Nous n’irons plus aux urnes : plaidoyer pour l’abstention »

Parution de la version italienne du livre de Francis Dupuis-DériNous n’irons plus aux urnes : plaidoyer pour l’abstention (Lux, 2019), aux éditions Elèuthera, sous le titre : Addio alle urne [https://www.eleuthera.it/scheda_libro.php?idlib=520].

Résumé:
Voter ou ne pas voter, telle est la question qu’on n’ose pas poser dans nos régimes parlementaires, où les élections sont des rituels sacrés. En défendant la légitimité de l’abstention, cet essai attaque de front la conviction selon laquelle le vote serait un devoir, et le refus de voter une dangereuse hérésie. Bien plus qu’une simple apologie de l’abstention, cet ouvrage propose ainsi une critique radicale du système électoral.

En plus de rappeler les raisons qu’évoquent des abstentionnistes issus de toutes les couches de la société, l’auteur décrit les stratégies souvent amusantes imaginées pour subvertir le jeu électoral : appel au boycott ou au vote nul, candidatures loufoques et satiriques de plantes, d’animaux, d’humoristes, de punks ou de gnomes anarchistes. Cette galerie des figures de la résistance au vote révèle également les nombreux et puissants mécanismes d’autodéfense du système électoral, qui réussit toujours à imposer ses propres règles, même aux plus contestataires. Aussi, l’abstention n’est féconde que si elle va de pair avec un engagement et des mobilisations autonomes, populaires et solidaires.

Nouvelle publication : «Histoire des grèves d’élèves du secondaire au Québec : démocratie et conflictualité»

Francis Dupuis-Déri vient de publier un article intitulé « Histoire des grèves d’élèves du secondaire au Québec : démocratie et conflictualité », dans la «Revue des sciences de l’éducation» [https://www.erudit.org/fr/revues/rse/2020-v46-n3-rse05901/1075988ar/].

Résumé :
Les élèves pratiquent la grève depuis plus d’un siècle, au Québec et ailleurs sur la planète. Une recherche dans les archives de la presse québécoise et 68 entretiens semi-dirigés ont permis de brosser un portrait − certes incomplet − des grèves d’élèves au Québec, d’en identifier les causes, les formes et surtout leur signification politique du point de vue des élèves. L’expérience de la grève leur permet d’évaluer l’intérêt politique des actions collectives autonomes et souvent de questionner le discours officiel qui réduit la « démocratie » aux élections et aux conseils d’élèves, comme le répètent en choeur le ministère de l’Éducation, l’Assemblée nationale, Élections Québec et plusieurs universitaires spécialistes de l’éducation à la citoyenneté.

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5