• Les entretiens du jubilé – Jacques Lévesque et Yann Breault

Futurs étudiants

Pourquoi choisir la science politique à l’UQAM ?

Conférence animée par Vincent Boucher, candidat au doctorat en science politique

Conférenciers :

  • Félix Mathieu, candidat au doctorat en science politique
  • Mathilde Bourgeon, candidat au doctorant en science politique
  • Bruno Arcand, candidat à la maîtrise en science politique

Pourquoi étudier la science politique à l'UQAM

Le monde à portée de main !

1. Une formation de pointe et engagée

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études. Chaque année plus de 300 nouveaux étudiants s’inscrivent à nos programmes de premier cycle et plus de 50 aux études supérieures. Son corps professoral, plus de 30 professeurs.es de réputation internationale, est très engagé dans les trois cycles d’études, la recherche et les services à la communauté.

Étudier la science politique à l’UQAM, c’est s’ouvrir

  • Aux idées sociales et aux innovations politiques
  • À la politique mondiale et aux relations internationales
  • À la vie municipale et aux politiques publiques
  • Aux études canadiennes et québécoises
  • Aux études féministes
  • Aux études autochtones
  • À la communication politique
  • À la participation démocratique et citoyenne

C’est aussi avoir accès

  • À une très riche variété de cours, incluant des simulations internationales
  • À une formation stimulante, innovante et engagée
  • À des parcours flexibles et adaptés à vos besoins
  • À des professeurs.es toujours à votre écoute et des pédagogies novatrices
  • À des services professionnels pour vous accompagner dans votre cheminement académique
  • À des unités de recherche de pointe et reconnues

2. Un gage de succès

  • La formation en science politique à l’UQÀM offre et renouvelle depuis sa création en 1969 une multitude d’opportunités de développer votre capacité d’analyse, d’enrichir votre expérience pratique, incluant la possibilité de réaliser des stages professionnels, de vous préparer aux concours et vous soutenir dans tous vos projets.
  • Elle offre la possibilité de participer à des simulations internationales, d’aller étudier à l’étranger dans une université d’accueil dans plus de trente pays du monde ou encore de faire aussi des stages internationaux.
  • Et surtout, elle conduit à des emplois dans un très grand nombre de domaines, allant des médias à la fonction publique, des organisations communautaires ou privées à la politique active, ou encore du secteur privé à l’enseignement. La diversité professionnelle, la réussite sociale et les témoignages de reconnaissance de nos diplômés sont votre meilleur gage de succès.

3. Nos programmes

Nous vous invitons à consulter nos programmes et à vous adresser aux responsables de programme qui se feront un plaisir de répondre à vos questions.

Programmes de 1er cycle

Baccalauréat en science politique
Baccalauréat en communication, politique et société
Baccalauréat en relations internationales et droit international
Majeure en science politique
Mineure en science politique
Certificat en administration des services publics
Certificat en gestion des services municipaux

Programmes de cycles supérieurs

Maîtrise en science politique
Doctorat en science politique

4. Comment faire une demande d’admission?

5. Qui sont vos futurs.es professeur.es ?

Nous vous invitons à découvrir qui sont nos professeurs.es et quels sont leurs domaines d’expertise.

Que ce soit pour vous conseiller, vous aider à faire des choix ou encore pour trouver un directeur d’étude, n’hésitez pas à prendre contact avec eux ainsi qu’avec les responsables de programmes. Ils sont à votre écoute et vous accueilleront dans ce qui deviendra votre département.

6. Des idées et des projets

Les professeures et professeurs de science politique à l’UQAM nous invitent à réfléchir sur l’urgence des questionnements politiques au cœur de leur enseignement et de leur recherche.

L’anarchisme Francis Dupuis-Déri Professeur en science politique et à l’Institut de recherche et d’études féministes (IREF)
La contribution intellectuelle du féminisme militant Geneviève Pagé Professeure en science politique et directrice du Centre Paulo Freire
Les États-Unis après le 8 novembre 2016 Frédérick Gagnon Professeur en science politique, titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et directeur de l’Observatoire sur les États-Unis
La transition énergétique Maya Jegen Professeure en science politique et vice-doyenne à la recherche
carole_clavier La santé comme objet des politiques publiques Carole Clavier Professeure et directrice de la maîtrise en science politique
caroline_patsias Les politiques publiques et la démocratie dans les villes Caroline Patsias Professeure en science politique et membre du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) et du Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS)
Michele_Rioux L’économie politique de la mondialisation Michèle Rioux Professeure en science politique, chercheure au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) et directrice du projet Trajectoires institutionnelles de régulation de l’économie mondiale
Étudiants étrangers

Étudiants étrangers

L’UQAM c’est plus de 3 500 étudiants étrangers en provenance de près de 100 pays !

L’UQAM assure aux étudiants une formation offrant une plus grande ouverture sur le monde et sur la diversité des cultures, encourage la mobilité et soutient l’accueil des étudiants venant de l’étranger.

Joignez-vous aux centaines d’étudiants de partout à travers le monde qui poursuivent leurs études à l’UQAM !

Découvrez notre programme d’accueil d’étudiants étrangers.

Demande d’admission

Perspectives d'emploi

Perspectives d’emploi

Selon l’enquête « la relance à l’université » du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (2015) auprès des titulaires d’un baccalauréat en science politique :

  • 40 % des répondants occupaient un emploi;
  • 85 % des personnes répondantes sur le marché du travail occupaient un emploi à temps plein;
  • 54 % poursuivaient des études.

Selon la même enquête, parmi les titulaires d’un diplôme de maîtrise en science politique :

  • 72 % des répondants occupaient un emploi;
  • 86 % des personnes répondantes sur le marché du travail occupaient un emploi à temps plein;
  • 18 % poursuivaient des études.

Pour en savoir davantage

Les postes occupés par les diplômés en science politique

La formation en science politique permet d’acquérir des capacités d’analyse et de recherche, de synthèse, de réflexion critique et de communication orale et écrite.Ces habiletés sont indispensables pour un vaste champ d’activités professionnelles, dont :

  • les organisations communautaires
  • les partis politiques
  • les syndicats
  • l’enseignement
  • les relations publiques et les communications
  • la diplomatie et la coopération internationale
  • les médias
  • l’administration publique fédérale, provinciale ou municipale

Les politologues peuvent devenir :

  • recherchiste pour un parti politique
  • agent de recherche ou de planification socioéconomique
  • attaché politique
  • responsable des relations avec la presse
  • analyste
  • journaliste ou chroniqueur politique
  • conseiller politique
  • adjoint ministériel
  • agent de recherche et d’information
  • agent de relations publiques
  • député
  • professeur
  • diplomate
  • sondeur
  • lobbyiste
  • et bien plus !

Consultez les secteurs clés et la rémunération estimée

Liens utiles


Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5