• Consulter les infos pratiques

Auteur : saintonge_c

Webinaire sur la rentrée automnale 2021

08 Juin 2021 Durée : 23:46

Webinaire au cours duquel la rectrice Magda Fusaro présente à la communauté universitaire les grands éléments de la transition vers la présence sur le campus à la rentrée automnale 2021.

Les informations présentées dans ce webinaire sont valables au moment où elles ont été communiquées le 4 juin 2021.

Source : UQAM TV

Prix Léon Bourgeois

Une initiative lancée par le Groupe de recherche sur l’Action multilatérale (GDR-GRAM-CNRS) avec le soutien de l’Association Française pour les Nations Unies (AFNU) et la Fondation Kofi Annan (FKA).

Léon Bourgeois est décédé il y a bientôt cent ans. Cet homme politique, théoricien du solidarisme, qui a occupé plusieurs fonctions gouvernementales et parlementaires sous la Troisième République, a été également un pionnier et un inspirateur de la Société des Nations dont il fut le premier président du Conseil en 1920, et lauréat du Prix Nobel de la paix la même année.

Le Prix Léon Bourgeois entend honorer cette grande figure de la paix en récompensant un travail universitaire de haut niveau sur la coopération internationale. Il souhaite également promouvoir la recherche dans le vaste domaine de l’action multilatérale et servir autant qu’il se peut l’esprit de concorde qui l’accompagne.

Objet du Prix
Le Prix Léon Bourgeois récompense un travail universitaire portant sur la coopération internationale : son histoire, ses institutions, ses acteurs, ses processus et transformations. Il valorise une approche par les sciences sociales des phénomènes étudiés et une réflexion sur les changements apportés par les multiples formes de la coopération aux relations internationales contemporaines. La dimension multilatérale de la coopération internationale sera privilégiée.

Conditions de participation
Le Prix est ouvert aux mémoires de recherche de niveau Master 2 et aux thèses de doctorat.
Les travaux doivent être rédigés en langue française et avoir été soutenus entre le 30 septembre 2020 et le 30 septembre 2021.
Pour les mémoires de Master, le dossier de candidature se compose : (1) du mémoire et (2) d’une attestation de la directrice ou du directeur du mémoire.
Pour les thèses, le dossier de candidature se compose : (1) de la thèse et (2) du rapport de soutenance.
Les documents doivent être adressés avant le 15 octobre 2021, minuit, par voie électronique exclusivement à l’adresse suivante : gram.secretariat@gmail.com

Jury
Le jury du Prix est composé de neuf membres : trois membres du GRAM dont la présidente du jury, trois membres désignés par l’AFNU et trois membres désignés par la Fondation Kofi Annan. Les membres du jury disposent d’un mandat d’une année renouvelable une fois. Leur responsabilité est limitée à l’évaluation des travaux soumis selon les critères ci-dessous.

Critères d’attribution du Prix
Parmi les mérites scientifiques retenus par le jury figurent notamment l’originalité de la recherche, la rigueur des méthodes utilisées, l’importance de la contribution à la connaissance de la coopération multilatérale et/ou des organisations internationales, et enfin la qualité des résultats tant pour les chercheur.e.s que pour les praticien.ne.s.
Le jury distingue et attribue le Prix Léon Bourgeois à deux lauréat.e.s : l’un pour la catégorie des mémoires de Master et l’autre pour celle des thèses.

Montant et remise du Prix
Le Prix est doté par le GRAM d’un montant de 500 euros pour le Prix des mémoires et de 1000 euros pour le Prix des thèses. Il est remis conjointement par la direction du GRAM et les neuf membres du jury.

Télécharger le pdf

Source : GRAM

Concours – Soutien aux activités de diffusion et d’échange de connaissances

L’objectif de ce concours est de soutenir le corps professoral de la Faculté de science politique et de droit (FSPD) dans l’organisation d’activités ciblées de diffusion et d’échange de connaissances telles que des ateliers, des colloques, des conférences et d’autres événements de rayonnement qui encouragent la mobilisation au sein et à l’extérieur du monde universitaire.

Montant alloué

Jusqu’à 2000$, à engager dans l’année suivant l’octroi de la subvention. Un montant supplémentaire de 1500$ peut être demandé pour une activité s’appuyant sur une collaboration entre les départements de science politique et des sciences juridiques. Les activités qui reçoivent le soutien de la FSPD doivent inclure le logo officiel de la FSPD et diffuser la publicité via le site de la FSPD.

Éligibilité

  • être professeure régulière, professeur régulier à la FSPD;
  • une seule demande financée par professeure, professeur et par année universitaire;
  • seules les activités de rayonnement qui sont accessibles aux communautés de l’UQAM sont admissibles.

Dépôt de la demande et échéance

Échéances : 10 juillet, 10 octobre, 10 janvier, 10 avril.

Pour obtenir le lien vers le formulaire du concours, veuillez vous inscrire au système d’inscription des concours de la Faculté.

Horizon politique: le CRIDAQ sur une nouvelle série de Savoir média

Dans un monde où l’information est produite rapidement, il est souvent compliqué de se faire une tête sur les plus grands enjeux de société. Pour pallier cela, Savoir média est heureuse de proposer Horizon politique, une nouvelle série où des questions de société complexes sont réfléchies en profondeur, avec un regard pleinement québécois.

Décolonisation autochtone, enjeux d’immigration, laïcité québécoise, inégalités, montée de l’extrême droite, éthique au temps du numérique; tous les enjeux les plus imposants de notre époque demeurent avant tout des questions politiques. Animée par Guillaume Lamy, doctorant en sciences politiques à l’UQAM, cette nouvelle série se décline en six épisodes de 45 minutes dans lesquels deux spécialistes se rencontrent pour faire le point, avec nuance et sans se précipiter, sur les questions les plus complexes et délicates de notre époque.

La série Horizon Politique sera diffusée sur les ondes de Savoir média les jeudis à 22h dès le 13 mai. Pour rejoindre tous les publics, elle sera également offerte en version vidéo et en format balado sur la plateforme savoir.media.

Pour découvrir la bande-annonce

Le CRIDAQ est fier d’avoir contribué à la réalisation des quatre épisodes suivants de la série Horizon politique:

Immigration, enjeu du 21siècle (13 mai)
Aujourd’hui, vingt pour cent des Canadien.ne.s et un million de Québécois.e.s sont né.e.s à l’étranger. À quels défis font face les immigrant.e.s ? Le Canada est-il réellement l’un des pays qui réussit le mieux l’intégration des nouveaux et nouvelles arrivant.e.s ? Pour aborder ce sujet incontournable, Horizon politique propose une rencontre entre les chercheuses Mariam Hassaoui, professeure en sociologie à l’université TÉLUQ et Mireille Paquet, professeure agrégée en science politique à l’Université Concordia et spécialiste des politiques d’immigration.

Colonisation et décolonisation autochtones (27 mai)
L’actualité est traversée par les questions autochtones : féminicides, pipelines, appropriation culturelle, racisme. Quelle fut l’ampleur des politiques coloniales et quels ont été leurs effets sur les premiers peuples ? Cet épisode donne la parole à Caroline Nepton Hotte, Innue de Mashteuiatsh et professeure en histoire de l’art à l’UQAM et à Martin Papillon, professeur agrégé au département de science politique de l’Université de Montréal.

Laïcité et religion au Québec (10 juin)
Laïcité, c’est le mot qui nous divise le plus au Québec depuis deux décennies. Mais de quoi parle-t-on lorsqu’il est question de laïcité ? En existe-t-il un seul modèle dans le monde ou plusieurs ? Cet épisode réunit deux chercheurs.euses qui se spécialisent sur ces enjeux : David Koussens, professeur agrégé au département de droit de l’Université Sherbrooke, et Stéphanie Tremblay, professeure au département des sciences de religion à l’UQAM.

L’éthique au temps du numérique (17 juin)
Intelligence artificielle, mégabases de données, surveillance de masse, hyperconnectivité : l’horizon technologique qui est devant nous suscite autant de rêves dorés que de cauchemars. Quel impact l’omniprésence des algorithmes dans nos vies aura-t-elle sur nos droits et libertés ? Discussion avec Martin Gibert, chercheur en éthique de l’IA, Université de Montréal (CRÉ et IVADO), et Hugo Cyr, professeur titulaire au département de sciences juridiques de l’UQAM et avocat, spécialiste du droit constitutionnel.

Délégation de l’UQAM – COP26

Date limite : 21 juin 2021

L’UQAM souhaite organiser une délégation pour la représenter à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) qui se tiendra à Glasgow, en Écosse du 1er au 12 novembre 2021.

L’Institut des sciences de l’environnement (ISE), en collaboration avec l’Institut d’études internationales de Montréal, lance un appel d’intérêt à participer à cette délégation auprès des membres de la communauté uqamienne.

Veuillez compléter ce formulaire pour signifier votre intérêt à participer à la délégation avant le lundi 21 juin 2021.

* La taille de la délégation de l’UQAM à la COP26 sera déterminée par l’ONU, à la suite de la demande initiale de l’UQAM qui sera envoyée à la fin du mois de juin. Il est fort probable que seulement une fraction des places demandées soit octroyée. La réponse de l’ONU par rapport au nombre de laissez-passer offerts à l’UQAM devrait être connue au début du mois de septembre 2021. Une deuxième phase de sélection des délégués-es sera alors enclenchée, selon le nombre de places obtenues.

Veuillez noter que les frais de voyage et d’hébergement sont entièrement à la charge des délégués-es. Dans le cadre de l’Initiative jeunesse de lutte contre les changements climatiques, un soutien financier pourrait être offert par Les Offices jeunesse internationaux du Québec aux personnes sélectionnées pour représenter l’UQAM à la COP26, si elles répondent aux critères d’admissibilité et dans la limite des ressources budgétaires consacrées à cet évènement.

D’autres sources de financement partiel pourraient devenir disponibles, mais ne sont pas confirmées à l’heure actuelle.

De nouvelles informations seront communiquées aux intéressés-es au fur et à mesure qu’elles seront rendues disponibles par l’ONU.

Pour toute question relative à cet appel d’intérêt, veuillez contacter Marie-Audray Ouellet, agente de recherche à l’ISE.

Source : IEIM

La reconversion économique des régions québécoises : Les expériences de Sorel-Tracy et Drummondville

Marc-André Houle est titulaire d’un doctorat en science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Résumé

La fin des Trente Glorieuses, l’accélération de la mondialisation et la libéralisation des marchés à partir des années 1970 ont forcé des villes et des régions entières, tout spécialement celles de tradition industrielle, à se repositionner sur le plan économique. Le cas des grands centres a été abondamment documenté, mais qu’en est-il des villes de taille intermédiaire ? Au Québec, les villes de Sorel-Tracy en Montérégie et de Drummondville au Centre-du-Québec s’avèrent des pôles industriels d’importance au XXe siècle. Grâce à son chantier maritime, à l’industrie métallurgique et aux entreprises de la famille Simard, Sorel-Tracy a accueilli, à une certaine époque, les ouvriers les mieux rémunérés du Québec. Au même moment, Drummondville, avec ses manufactures du textile et ses milliers de travailleurs, était reconnue comme la « ville de la soie ». Après avoir connu la gloire puis la dévitalisation, ces villes ont entamé des démarches de reconversion qui leur ont permis de renaître.

Dans le présent ouvrage, Marc-André Houle retrace la trajectoire industrielle de ces deux villes et de leurs régions. L’auteur documente le processus qui a mené à leur reconversion économique, tout en s’intéressant plus largement à la gouvernance et à la trajectoire des politiques de développement régional et des politiques industrielles au Québec. Ce livre s’adresse autant aux chercheurs, aux étudiants et aux professionnels du développement économique qu’aux lecteurs et lectrices intéressés par le développement du Québec et de ses régions.

Pour de plus amples informations sur l’ouvrage et pour vous le procurer, veuillez consulter le site internet des PUQ.

Recommandations politiques | Dans le cadre du volet think tank de l’IEIM

Les enjeux de souveraineté numérique face au pouvoir transnational des « big tech » : Recommandations au Canada et au Québec

Ce document a été rédigé par Brice Armel Simeu, candidat au doctorat en science politique à l’UQAM et membre du CEIM, 1er juin 2021

L’une des missions de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est de produire des recommandations politiques (policy briefs) à l’intention des décideurs en présentant certaines problématiques internationales sous l’œil de nos expert.e.s, chercheur.e.s universitaires et diplomates en résidence.

Le présent document de recommandations vise à exposer les enjeux de la gouvernance des données pour le Canada et le Québec, face au développement accéléré des technologies numériques sous l’impulsion des firmes multinationales technologiques. Il s’intéresse à la question des capacités opérationnelles et régulatoires des gouvernements canadien et québécois à exercer une souveraineté numérique face à la puissance des acteurs privés transnationaux.

Nous avons donc le plaisir de vous présenter ce sixième document de recommandations politiques de l’IEIM, qui porte sur les enjeux de souveraineté numérique, en pièce jointe.

Auteurs

Brice Armel Simeu
Michèle Rioux
Luc Dandurand

Résumé exécutif – Les enjeux de souveraineté numérique face au pouvoir transnational des big tech : Recommandations au Canada et au Québec

La globalisation connait des transformations profondes avec le développement du numérique, les progrès de l’intelligence artificielle, de l’infonuagique et l’avènement des réseaux de communication 5G pour la téléphonie mobile. L’interdépendance des économies nationales cède place à l’interconnexion des espaces économiques, désormais organisés en réseaux d’échanges transnationaux. Des volumes vertigineux de données (big data) circulent à l’échelle globale, transportés par des câbles sous-marins intercontinentaux de télécommunication. Les firmes multinationales du numérique (big tech) essentiellement américaines, souvent désignées par le sigle « GAFAM » et chinoises désignées par le sigle « BHATX », sont les acteurs structurants de ces mutations.

Ce document de recommandations politiques examine les avenues d’actions possibles pour le Canada et le Québec, face aux défis de gouvernance posés par les big data. Il explore les modalités d’exercice de la souveraineté numérique par les États, au sein d’un cyberespace multi-acteurs, soumis aux intérêts de puissance, et en quête de sécurité collective. L’analyse débouche sur la formulation de dix recommandations à l’intention du Canada et du Québec.

ocument joint

Source : IEIM UQAM

MISSION VIRTUELLE DE L’UQAM EN AFRIQUE FRANCOPHONE

DÉROULEMENT DE LA TABLE RONDE VIRTUELLE 

« Migration et gestion foncière en Côte d’Ivoire » 

Lien Zoom : https://uqam.zoom.us/j/87994657834 

  • Vendredi 11 juin 2021
  • 10h à 12h (heure au Québec)
  • 14h à 16h (heure en Côte d’Ivoire)

Pour de nombreux pays en voie de développement comme ceux d’Afrique subsaharienne, l’urgence de la maitrise de la migration et d’une gestion cohérente du foncier n’est plus à démontrer. La stabilité politique, gage de développement et de progrès, en est plus que lié et corrélé. Les nombreuses initiatives des gouvernements dans ce domaine sont perpétuellement fragilisées par des déterminants, tant endogènes qu’exogènes, découlant d’un contexte démographique et économique mouvant. 

La présente table-ronde invite à une nouvelle réflexion plurielle sur la problématique de la connexion « migration » et « question foncière ». Les panélistes, auteurs d’une publication en cours, s’engagent dans une série de diagnostics et d’analyses et posent les bases d’une meilleure compréhension de la difficile association entre la migration et la gestion du foncier. 

Cette table-ronde offre l’opportunité de revenir sur la collaboration entre l’UQAM et l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB) dans le cadre de l’Université d’été sous les baobabs (Côte d’Ivoire) et du projet « Réinsertion des populations victimes de déguerpissement dans la ville d’Abidjan », qui a obtenu un soutien financier du ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF). 

  • 10h Accueil des participants 
  • 10h05 Mot de bienvenue par Valéry Loba, Maître de conférences, Institut de Géographie Tropicale (IGT), Université Félix Houphouët-Boigny, responsable du groupe de recherche CAPDEV (CArtographie, Population et DEVeloppement des territoires et des sociétés). [2 mn] 
  • 10h07 Début de la table ronde présidée par Ndeye Dieynaba Ndiaye, Professeure, Département des sciences juridiques, UQAM. 
  • 10h45 Discussion entre les panélistes [20 mn] 
  • 11h05 Période de questions du public [30 mn] 
  • 11h35 Perspectives de collaboration : Valery Loba ; Issiaka Mandé, Professeur, Département de science politique, UQAM ; Moussa Paré, Maître de conférences, Directeur, Département d’histoire, Université Félix Houphouët-Boigny. 
  • 11h45 Fin de la table ronde 

Présentation des panélistes par Valéry Loba 

Chaque panéliste dispose ensuite d’un maximum de 10 mn pour faire sa présentation. 

  • Babo Alfred, Professeur, Fairfield University, États-Unis 
  • Bosson Eby Joseph, Maître-Assistant, Institut de Géographie Tropicale (IGT), Université Félix Houphouët-Boigny. 
  • Oura Raphaël Kouadio, Maître de Recherche, directeur du Laboratoire Population et Développement, Centre de Recherche et de Développement, Université Alassane Ouattara (Bouaké, Côte d’Ivoire) 

Téléchargez le fichier PDF de la table ronde

Appel de texte pour Revista Lüvo!

Bonjour à toutes et tous [español abajo],
C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons la parution de notre appel de texte pour le prochain numéro de la Revista Lüvo!

Pour cette édition, nous voulons interroger les économies autres; soit toutes les formes alternatives de penser le système économique. Décolonialité, écologie féministe, économie féministe, économies populaires et autochtones; nous attendons vos propositions de textes, travaux artistiques ou photographiques ou encore, poème et chansons! Vous trouverez l’appel de textes en 4 langues en pièce jointe ainsi que la pièce visuelle pour les réseaux sociaux.
Vous trouverez également le numéro antérieur sur notre page web ou vous pouvez lire la revue directement en ligne. Celui-ci portait sur les écologies féministes.
Nous comptons sur votre aide pour la diffusion de cet appel de textes et nous vous remercions de la confiance que vous portez à notre collective. 
Féministement,

Priscyll Anctil Avoine



***Buenos días a todas y todos,
¡Es con mucha emoción que anunciamos nuestro llamado a contribuciones para el próximo número de la Revista Lüvo!
Para este número, queremos abordar las economías otras; es decir, todas las formas alternativas de pensar en el sistema económico. Decolonialidad, ecología feminista, economía feminista, economías populares e indígenas; ¡esperamos sus propuestas de textos, obras artísticas y fotográficas, o sus poemas y canciones! Adjuntamos a este correo el PDF del llamado en los 4 idiomas así como la pieza visual para las redes sociales.
Para conocer nuestro número anterior, pueden ingresar a nuestra página web o leer la revista directamente en línea. Éste último número tenía como temáticas las ecologías feministas.
Esperamos poder contar con su apoyo para la amplia difusión de esta edición y agradecemos la confianza que tienen en nuestra colectiva.
Feministamente,

Priscyll Anctil Avoine

Mémoire primé

David Carpentier compte parmi les lauréats des Prix du livre politique 2021 de l’Assemblée nationale du Québec.


Le diplômé David Carpentier.

Le diplômé David Carpentier (B.A. science politique, 2018; M.A. science politique, 2021) figure parmi les lauréats des Prix du livre politique de l’Assemblée nationale du Québec pour l’année 2021. Le diplômé a remporté l’un des prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant pour son mémoire de maîtrise intitulé «La métropole contre la nation? La politique montréalaise d’intégration des personnes immigrantes et le modèle québécois d’interculturalisme». Il a reçu une bourse de 2 000 dollars.

Les prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant sont décernés aux auteurs et autrices d’une thèse ou d’un mémoire portant sur la vie, les institutions et les acteurs politiques au Québec.

Dirigé par le professeur du Département de science politique Alain-G Gagnon, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes, le mémoire de David Carpentier porte sur l’élaboration et la mise en œuvre par les grandes métropoles de politiques publiques visant l’intégration des personnes immigrantes.

Le diplômé cherche à évaluer la congruence entre la politique informelle d’intégration de la Ville de Montréal et le modèle québécois d’interculturalisme, entre 2005 et 2019. À partir d’un travail empirique, il montre que si plusieurs acteurs et actrices du milieu municipal adhèrent officiellement aux principes associés à l’interculturalisme québécois, jamais ceux-ci n’ont véritablement été traduits dans les pratiques de l’appareil municipal. Cette situation s’explique, selon lui, par la concurrence sur le territoire de la Ville de Montréal et au sein de son administration entre deux modèles nationaux d’intégration aux principes contradictoires: l’interculturalisme québécois et le multiculturalisme canadien. «En cela, écrit David Carpentier, les autorités montréalaises semblent rejeter l’interculturalisme ou l’idée d’une intégration à la société québécoise en raison de son caractère prétendument trop contraignant et homogénéisant.»

Le jeune chercheur est maintenant doctorant à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Son projet de thèse vise à comparer les politiques d’intégration et d’inclusion des villes de Barcelone, Bruxelles et Montréal. Il est coordonnateur adjoint du Réseau des municipalités en immigration et en relations interculturelles du Québec, dont l’objectif est de consolider l’action publique municipale dans ces domaines.

Source : Actualité UQAM

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5