Auteur : saintonge_c

L’empire en marche

Voici la nouvelle publication de Marc Chevrier, professeur au Département de science politique de l’UQAM.


Résumé

Si la mondialisation semble affaiblir la nation, on perd toutefois de vue son concurrent, l’empire, qui, surgissant des époques anciennes, se renouvelle dans la modernité. Loin de se résumer à une seule grande puissance – les États-Unis –, il est multiple et diversement peuplé : l’Union européenne, le Royaume-Uni et même… la Suisse. Or, en démocratie libérale, l’empire prend souvent la forme de la fédération, qu’on continue d’idéaliser sans saisir ce qu’elle a d’impérial dans sa dynamique et ses fondements. Le Canada illustre pleinement l’empire en action, lui qui prétend synthétiser un microcosme postnational où les cultures, les peuples et les croyances coexisteraient harmonieusement, grâce à un droit multiculturel et à un art particulier de gouverner.

Naviguant dans l’histoire, le droit et les idées, entre l’Europe et l’Amérique, l’auteur suit les intuitions fécondes de l’écrivain Robert Musil, témoin privilégié du défunt empire austro-hongrois, où des hommes et des peuples finissaient « sans qualités ».

Pour plus d’information, c’est ici !

Canadian Politics, Seventh Edition

Canadian Politics, Seventh Edition

Alain-G. Gagnon et James Bickerton
University of Toronto Press, 2020.


Résumé

Pour cette nouvelle édition, James Bickerton et Alain-G. Gagnon ont organisé le livre en six parties. La première partie couvre les origines et les fondements du Canada en tant qu’entité politique, tandis que la deuxième partie se concentre sur le gouvernement, le Parlement et les tribunaux. La partie III examine les questions relatives au fédéralisme et à la Charte canadienne des droits et libertés. La partie IV jette un nouvel éclairage sur la politique électorale et les communications politiques et la partie V examine la citoyenneté, la diversité et les mouvements sociaux. La partie VI, la dernière section du livre, se concentre sur un certain nombre de questions politiques qui méritent une attention particulière de la part des acteurs politiques et des décideurs, à savoir l’évolution des relations entre le Canada et les peuples autochtones, l’immigration et les réfugiés, l’environnement et le changement climatique, et les relations entre le Canada et les États-Unis. Cette septième édition de Canadian Politics comprend douze nouveaux chapitres et discutent six nouveaux thèmes. Il s’agit d’une lecture essentielle pour les étudiant.e.s et les spécialistes qui étudient la politique canadienne et québécoise.

Pour plus d’information, c’est ici et ici !

*Ouvrage en anglais.

Canadian Federalism and Its Future: Actors and Institutions

Canadian Federalism and Its Future: Actors and Institutions

Alain-G. Gagnon et Johanne Poirier
McGill-Queen’s University Press, 2020.


Résumé:

Il n’y a pas si longtemps, il était possible d’imaginer un monde dans lequel différents groupes nationaux pouvaient cohabiter au sein d’institutions démocratiques combinant à la fois des traits de gouvernance partagée et d’autonomie gouvernementale. Cependant, le développement et la consolidation du fédéralisme multinational aujourd’hui, plus qu’à tout autre moment, est confronté à d’importants défis. Parmi ceux-ci, nous vivons à une période ou des mouvements populistes font usage de discours mono-nationaux et invitent leurs militants à rallier des projets politiques d’une autre ère. En outre des gouvernements centraux évoluant au sein de démocraties multinationales se révèlent être parfois plus unitariste que fédéraliste. De plus, en prenant la mesure de récents développements politiques et économiques, l’inscription de la diversité, prise dans son sens large, est souvent vue avec suspicion et est présentée tant par des acteurs de premier plan que par des politiques marginaux, comme étant contraire au plein accomplissement d’une véritable démocratie fonctionnelle.

Pour plus d’information, c’est ici et ici!

*Ouvrage en anglais.

Federalism and National Diversity in the 21st Century

Nouvelle parution d’Alain-G. Gagnon, professeur au Département de science politique de l’UQAM et d’Arjun Tremblay, professeur au Département de politique et d’études internationales de l’Université de Regina.


Résumé :

Federalism and National Diversity on the 21st Century, Palgrave Macmillan. Il n’y a pas si longtemps, il était possible d’imaginer un monde dans lequel différents groupes nationaux pouvaient cohabiter au sein d’institutions démocratiques combinant à la fois des traits de gouvernance partagée et d’autonomie gouvernementale. Cependant, le développement et la consolidation du fédéralisme multinational aujourd’hui, plus qu’à tout autre moment, est confronté à d’importants défis. Parmi ceux-ci, nous vivons à une période ou des mouvements populistes font usage de discours mono-nationaux et invitent leurs militants à rallier des projets politiques d’une autre ère. En outre des gouvernements centraux évoluant au sein de démocraties multinationales se révèlent être parfois plus unitariste que fédéraliste. De plus, en prenant la mesure de récents développements politiques et économiques, l’inscription de la diversité, prise dans son sens large, est souvent vue avec suspicion et est présentée tant par des acteurs de premier plan que par des politiques marginaux, comme étant contraire au plein accomplissement d’une véritable démocratie fonctionnelle.

Pour plus d’information, c’est ici !

*Ouvrage en anglais.

La rentrée 2020 de la CREQC

La CREQC débute 2020 sur le bon pied

La Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC) lance ses activités en ce début 2020 avec un premier séminaire avec Guillaume Lamy qui présente ses travaux sur les think tanks le lundi 20 janvier au département de science politique de l’UQAM.

Parmi les activités au programme cette session, j’aurai le plaisir d’aller prononcer une grande conférence portant sur l’état de la fédération canadienne à Grainau dans le cadre de la rencontre annuelle des Pays germanophones en études canadiennes. Cette communication sera suivie, à la mi-mars, d’une série de conférences en Bosnie-Herzégovine – avec des rendez-vous à Sarajevo, Mostar et Neum – sur le besoin pressant de trouver un équilibre entre la protection des droits individuels et des droits collectifs pour le mieux être des sociétés démocratiques complexes . En avril, j’honorerai l’invitation de l’Association britannique en études canadiennes (BACS) pour y discuter de l’évolution du Canada et du Québec au sein de l’ordre mondial émergent.

Soulignons que Benoît Morissette, gagnant du concours postdoctoral du CRIDAQ pour l’année 2019-2020, assume le leadership du séminaire de la relève du CRIDAQ le 13 mars et organise le 17 mars une importante conférence internationale pour débattre des enjeux normatifs des politiques urbaines d’immigration et d’intégration (Vers des villes inclusives!).

Les travaux de la CREQC se concrétiseront ce printemps sous la forme de trois publications avec comité d’évaluation. Ces projets éditoriaux sont nés de trois collaborations interuniversitaires : Federalism and National Diversity in the 21st Century (avec Arjun Tremblay, U. Régina) chez Palgrave Macmillan; la 7e édition de Canadian Politics (avec James Bickerton, U. St. Francis Xavier) à University of Toronto Press; et Canadian Federalism and Its Future: Actors and Institutions (avec Johanne Poirier, U. McGill) à McGill-Queen’s University Press.

Le projet international 50 déclinaisons du fédéralisme, mené avec les collègues Soeren Keil et Paul Anderson de Christchurch University de Canterbury, poursuit sur sa lancée en publiant douze nouveaux textes d’ici le début mai. Je vous incite fortement à suivre la parution de ces articles courts rédigés par des spécialistes de premier plan du fédéralisme. Merci à Félix Mathieu, doctorant en science politique à l’UQAM, qui s’investit sans compter dans ce projet éditorial.

Je vous encourage enfin à vous inscrire à  mon cours de 2e et de 3e cycles consacré aux Questions politiques canadiennes et québécoises que j’offrirai à l’automne 2020. Ce sera un plaisir de vous y accueillir et de vous accompagner dans la concrétisation de vos propres projets. J’en profite pour vous souhaiter une année 2020 à la hauteur de vos aspirations et de vos passions. 

Alain-G. Gagnon,
Titulaire

Nouvel ouvrage d’Anne Legaré

Voici le nouvel ouvrage d’Anne Legaré (professeure retraitée du Département de science politique de l’UQAM), « Le Québec, une nation imaginaire ».


Résumé

Intellectuelle engagée et militante, Anne Legaré rassemble ici des textes sur la souveraineté du Québec qu’elle a publiés au cours de sa longue carrière et interpelle le mouvement souverainiste sur des enjeux non résolus de sa démarche actuelle.

Revisités et commentés par l’auteure, ces écrits offrent à la fois des analyses fines et des réflexions sur le mode de l’essai, dans une perspective ouverte sur l’avenir. Ils portent notamment sur le rôle du fédéralisme dans la formation de l’identité, les conceptions de la nation caractéristiques d’un mouvement de libération moderne ainsi que sur l’influence des relations internationales du Québec sur les représentations identitaires de ses citoyens.

Avec ses interrogations brûlantes d’actualité, ce livre est le fruit d’un engagement passionné, appuyé sur une vision de l’histoire, celle de citoyens éclairés, volontaires, mus par le désir d’émancipation d’un peuple francophone dans un monde où le sujet démocratique est en perdition.

Pour plus d’informations, c’est ici.


Nos étudiant.e.s publient !

Nos étudiant.e.s publient !

Doctorante au Département de science politique de l’UQAM, Priscyll Anctil Avoine et Anne-Marie Veillette (ancienne étudiante à la maîtrise en science politique et doctorante à l’INRS) se sont alliées pour écrire le chapitre : « Women’s Resistance in Violent Settings : Infrapolitical Stratégies in Brazil and Colombia » qui se trouve dans l’ouvrage «Re-writing Woman as Victims : From Theory to Practice ».

Pour plus d’informations, c’est ici.


Prix du livre politique

Madame,
Monsieur,

Les Prix du livre politique célèbreront leur majorité au printemps 2020 ! Toujours à l’affût de ceux et celles, qui par leurs écrits, stimulent la réflexion et enrichissent les connaissances sur la politique au Québec, l’Assemblée nationale lance pour une 18e année consécutive son appel de candidatures.

C’est pourquoi je vous invite à nous soumettre les thèses de doctorat et les mémoires de maîtrise de vos étudiantes et étudiants, soutenus ou évalués entre le 1er janvier et le 31 décembre 2019 et portant en autres sur la vie, les institutions et les personnages politiques du Québec. Je compte également sur votre collaboration comme acteur de première ligne du milieu universitaire pour faire rayonner ces prix, assortis de bourses totalisant 14 500 $ qui seront décernées en avril 2020 au Salon international du livre de Québec.

Les personnes intéressées ont jusqu’au vendredi 24 janvier 2020 pour déposer leur dossier de candidature.

Pour plus de renseignement, visitez notre site internet !

Ou écrivez-nous !

Cordiales salutations,

Cours en vedette

Objectifs du cours POL5466 Amérique latine : mutations continentales

Coup d’État en Bolivie? Crise constitutionnelle au Chili? Le Parlement est fermé au Pérou et en Équateur? La rue se soulève en Colombie? Violence implacable au Mexique? — D’où vient ce malaise général? Quels sont ses effets plausibles sur la consolidation de la démocratie en Amérique latine? Pour répondre à ces questions, nous explorerons autant les facteurs institutionnels — la nature du régime, le rôle des élections, les partis politiques — que les acteurs en présence, qu’ils soient traditionnels — élites et mouvements sociaux — ou nouveaux — i.e., les migrants. Le cours porte sur la région dans son ensemble, mais chaque étudiante, étudiant est invité à faire un travail de recherche approfondi sur une étude de cas de son choix.


Un cours donné par Julián Durazo Herrmann
à la session d’hiver 2020
Plan de cours

Pour plus d’informations

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5