Auteur : saintonge_c

Colloque

Les formes contemporaines d’engagement au sein des ordres de gouvernement autochtones.

Le Centre d’analyse Politique : Constitution et Fédéralisme (CAP-CF), le Groupe de recherche interdisciplinaire sur les affirmations autochtones contemporaines (GRIAAQ), le Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA-Montréal) et le Cercle des Premières Nations de l’UQAM vous invitent au “Colloque sur les formes contemporaines d’engagement au sein des ordres de gouvernement autochtones“.

  • le 15 novembre prochain
  • 8 h 30 à 19 h
  • Local D-R200 – Pavillon Athanase-David
    (1430, rue Saint-Denis, Montréal, H2X 3J8)

* Événement facebook


Voici le programme de la journée :

8 h 30 : accueil des participants

8 h 50 – 9 h : Cérémonie d’ouverture

9 h – 9 h 15 : Mot d’ouverture

9 h 15 – 9 h 20 : Mot du CPNUQAM

9 h 25 – 9 h 55 : Alexis Wawanoloath, conférence d’ouverture

9 h 55 – 10 h 10 : Période de questions

10 h 15 – 11 h 15 : La participation aux institutions de la démocratie représentativePrésidente de panel : Kerry Sloan, Professeure, UMcGill

10 h 15 – 10 h 35 : Allison Harell, Professeure, UQAM, « Les comportements électoraux des communautés autochtones : tendances dans les élections fédérales ».

10 h 35 – 10 h 55 : Paul Émile Ottawa, Chef du Conseil des Atikamekw de Manawan, « « Aski atisiwin » et le code coutumier des atikamekw nehirowisiwok de Manawan ».

10 h 55 – 11 h 15 : Période de discussion

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

11 h 35 – 12 h 45 : Perspectives comparéesPrésidence de panel : Carole Delamour, Stagiaire post doctorale, UQAM

11 h 35 – 11 h 55 : Tiina Sanila-Aikio, Présidente du Sámi Parliament of Finland, « The challenges on the definition of a Sámi and the self-determination ».

11 h 55 – 12 h 15 : Otilia Puiggros, Doctorante et chargée de cours, UQO, « L’État plurinational en Équateur, son étendue et ses applications ».

12 h 15 – 12 h 45 : période de discussion

12 h 50 – 14 h : Repas servi dans la salle

14 h – 15 h 20 : Les formes autochtones d’engagement au-delà de la démocratie représentativePrésidente de panel : Marie-Christine Petiquay, UQAM

14 h – 14 h 20 : Kahente Horn Miller, Professeure, UCarleton, « Indigenous participatory democracy look like? Haudenosaunee tradition and a Canadian Band Council ».

14 h 20 – 14 h 40 : Johnny Mack, Professeur, UBC, titre à venir.

14 h 40 – 15 h : Jay Launière-Mathias, ESG UQAM et Commissaire à la Commission Tipelimitishun, « Tipelimitishun : Vers une Constitution des Pekuakamiulnuatsh. Présentation de la démarche constitutionnelle et discussion autour des enjeux de la participation citoyenne à l’ère du post-colonialisme ».

15 h – 15 h 20 : Période de discussion

15 h 20 – 16 h : Période de synthèse en groupes

16 h – 16 h 20 : Période de synthèse en plénière

16 h 20 – 16 h 30 : Mot de clôture

17 h – 19 h : Soirée culturelle et artistique du CPNUQAM avec l’artiste Eadse


 

Finance internationale

Stabilité ou fragilité ?

Conférence midi

FINANCE INTERNATIONALE : STABILITÉ OU FRAGILITÉ ?

Marie Langevin

Marie Langevin enseigne à l’Université du Québec à Montréal au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale. Elle obtient son doctorat à l’Université d’Ottawa en Économie Politique en 2015. Elle publie plusieurs ouvrages spécialisés sur plusieurs sujets d’étude, elle concentre ses recherche sur Économie politique, études de genre, finance responsable, financiarisation, microfinance, responsabilité environnementale des entreprises responsabilité sociale des entreprises et sociologie économique.

Mario Seccareccia

Mario Seccareccia enseigne à l’Université d’Ottawa depuis 1978. Il est auteur/co-auteur ou coéditeur d’une douzaine de livres ou monographies, il a édité plus d’une quarantaine de numeros spéciaux de revues et il a publié plus de 100 articles ou chapitres de livres. Il est aussi le directeur de l’International Journal of Political Economy. Ses principaux intérêts de recherche sont dans les domaines de l’économie monétaire et la macroéconomie, l’histoire de pensée économique et la méthodologie, l’économie du travail et l’histoire économique canadienne

Pour plus d’informations, c’est ici.


 

Conférence: Les mers asiatiques

Sources d’insécurité ou agent de paix

LES MERS ASIATIQUES : SOURCES D’INSÉCURITÉ OU AGENT DE PAIX ?

Conférencier invité M. Longin Bae : ancien consul général de la république de Corée à Montréal

Il y a, en Asie, trois grandes mers : la mer de l’Est, la mer de Chine Orientale, la mer de Chine Méridionale. Ces mers peuvent être sources de conflits politiques et même militaires, mais en même temps, elles peuvent offrir des opportunités de coopérations multinationales non seulement pour la paix, mais aussi pour l’exploitation des ressources marines.

In Asia, there are three major seas : the East Sea, the South China Sea and the East China Sea. Each of these seas could become the source of political and even military conflicts, but at the same time, they could offer opportunities not only for peace but also multinational cooperation for the exploitation of marine resources.

La conférence se déroulera principalement en anglais

Pour plus d’information sur la conférence c’est ici.


 

Numéro spécial consacré à la Catalogne

Alain-G. Gagnon, professeur au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal, présente son article dans une publication d’un Numéro spécial  consacré à la Catalogne : «Discourses, actors and citizens in the communicative construction of conflicts: The Catalan case», qu’il co-signe avec les auteures Marta Montagut et Carlota M Moragas-Fernández.

L’éditorial apparaît dans le volume 11, numéro 2 du « Catalan journal of Communication & Cultural Studies », d’octobre 2019. La langue d’origine de l’éditorial est l’anglais.

En voici un résumé:

Le conflit politique catalan actuel est l’occasion d’étudier comment un cas particulier reflète la dynamique établie entre acteurs politiques, médias et citoyens dans la sphère publique. Dans ce contexte, la période qui s’étend du 9 novembre 2014 au 1er octobre 2017 a connu une escalade entre les acteurs politiques favorables à l’indépendance et ceux qui s’y opposent conduisant à un scénario de polarisation intense, accompagné d’une crise profonde de légitimation politique.

Pour consulter l’article, c’est ici.


Futurs étudiants !

Pourquoi choisir la science politique à l’UQAM ?

Pourquoi choisir la science politique à l’UQAM ?

Conférence animée par Vincent Boucher, candidat au doctorat en science politique

Conférenciers :

  • Félix Mathieu, candidat au doctorat en science politique
  • Mathilde Bourgeon, candidat au doctorant en science politique
  • Bruno Arcand, candidat à la maîtrise en science politique

Lors de la journée porte ouverte de l’UQAM, le 26 octobre dernier, trois de nos étudiant-e-s en science politique ont participé à la conférence « Pourquoi choisir la science politique à l’UQAM ? » animée par Vincent Boucher.

Les étudiant-e-s sont Félix Mathieu (candidat au doctorat), Mathilde Bourgeon (candidate au doctorat) et Bruno Arcand (candidat à la maîtrise).

Dans la vidéo, les étudiant-e-s expliquent pourquoi ils ont choisi le programme de science politique, mais également pourquoi ils ont décidé d’aller encore plus loin au sein de l’UQAM pour y accomplir leurs maîtrises et doctorats. Chacun s’ouvre sur son cheminement personnel et ce qui l’a mené vers la politique. C’est avec passion qu’ils exposent leur choix.

Quelques possibles reliés aux études en science politique y sont promus, (possibilité de recherches, de publications, de conférences, et bien plus encore) afin de voir les ouvertures qu’offre ce riche programme. De plus, les diverses sphères de la science politique y sont énoncées, ce qui montre la grande diversité du milieu politique où les étudiants auront la possibilité de se développer au niveau intellectuel et professionnel.

Bonne écoute !

Conférence présentée par le CRIEC

Non accompagnés dans le département Nord. Enjeux de communication.

Une conférence donnée par les professeures des Université en Sciences du langage, Université de Lille :

Emmanuelle CanutSpécialiste des problématiques d’acquisition et d’apprentissage du langage et des langues

Juliette DelahaieSpécialiste des problématiques de l’interculturel dans l’enseignement du français langue étrangère


Une conférence présentée par le CRIEC.

Inscription obligatoire, écrivez à criec2@uqam.ca

Le jeudi 21 novembre 2019 | 12 h 45 à 13 h 45

Salle A-2730 | Pavillon Hubert-Aquin | UQAM


Résumé de la conférence:

Depuis la crise migratoire qu’a connue l’Europe en 2014, l’insertion linguistique et sociale des publics migrants est une question politique extrêmement urgente. Nombre de rapports européens traitent de la question de l’éducation et de l’intégration des publics migrants (voir par exemple le rapport du Conseil de l’Europe de 2017), mettant en avant la nécessité de l’apprentissage de la langue du pays d’accueil pour faciliter l’insertion sociale et professionnelle, mais aussi le besoin de formation en éducation interculturelle pour les publics socio-éducatifs qui accompagnent les migrants nouvellement arrivés. Dans ce cadre, nous nous sommes intéressées aux différentes phases de l’accueil et de l’accompagnement social d’une catégorie de migrants dont le nombre grossit chaque année en France, le Mineurs Non Accompagnés (MNA). À travers une étude au de terrain dans la ville de Lille (département du Nord, France), au sein de structures réalisant l’évaluation de la minorité et chargées de la mise à l’abri, nous montrerons que la question de la compréhension de la langue du pays d’accueil et de la formation interculturelle se pose de manière cruciale dès les premières rencontres avec les services sociaux, à la fois en termes de support de travail ( en particulier les écrits destinés aux MNA ).

Journée d’études allemandes

« À l’occasion du 30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, nous organisons trois journées d’études allemandes (du 11 au 13 novembre prochain), et ce, en collaboration avec le Consulat général d’Allemagne à Montréal et le Ministère fédéral des Affaires étrangères allemand ainsi que de nombreux autres partenaires universitaires et culturelles.

Des thèmes tels que la paix, la démocratie, l’État de droit, les droits de l’homme et le renforcement du multilatéralisme se trouveront au coeur du programme d’activités diversifié et riche en conférences, expositions, films et activités interactives et culturelles. »

Jacques Lévesque, professeur ici au département de science politique participera à ces journées d’études allemandes.


Ressources

*Cliquez ici pour télécharger le programme

Colloque : “Souci, mépris, indifférence”

L’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française (ACSALF) organise son colloque général sur le thème souci, mépris, indifférence. L’invitation s’adresse aux anthropologues et sociologues, de même qu’à ceux et celles qui partagent leurs perspectives d’enquête et d’analyse. Notre ambition est d’offrir une compréhension plus affinée des phénomènes qui transforment et façonnent les mondes contemporains, tout en explorant de nouvelles avenues en termes de conceptualisation et d’analyse.

Le 23-26 octobre à l’Université de Montréal.

pour télécharger le programme, c’est ici.

Site web de l‘ACSALF

 


RÉLAM – Appel à communication

APPEL À COMMUNICATION
« Revendications et solidarités : L’Amérique latine en mouvement »
8 mai 2020 | À l’Université du Québec à Montréal


Le comité étudiant du Réseau d’études latino-américaines de Montréal (Concordia, McGill, UQÀM, et UdeM) organise son sixième colloque étudiant qui aura lieu le 8 mai 2020 à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Ce colloque multidisciplinaire et quadrilingue aura pour thème, «  Revendications et solidarités: L’Amérique latine en mouvement ».

Ce colloque aborde les revendications formulées et les luttes portées par différents groupes de la société civile-à l’intérieur comme à l’extérieur des cadres institutionnels-qui façonnent l’Amérique latine d’hier et  d’aujourd’hui. Ces revendications naissent de par la force des solidarités et des conflits qui les soutiennent, entre les citoyens et citoyennes porteurs d’identités plurielles et parfois contradictoires . Par ailleurs, la notion de mouvement nous pousse à réfléchir aux transformations et aux inerties idéologiques et politiques qui résultent de l’entremêlement de structures de pouvoir et d’espaces de contestations. Le titre de ce colloque soulève donc nombre d’enjeux reliés aux identités, territorialités et imaginaires, mais aussi (et non-exclusivement) aux migrations et mouvements sociaux. Ces
dynamiques peuvent être abordées sous plusieurs perspectives  disciplinaires et méthodologiques.

Liste non-exhaustive de thématiques

Ci-dessous se trouve une liste non-exhaustive de thématiques s’insérant dans ce cadre :

  • Les mouvements de solidarité à différentes échelles (locales, nationales et
    internationales);
  • Les dynamiques de résistances et de solidarités face aux différentes formes de violence;
  • La place du discours juridique dans les luttes régionales et les  revendications liées aux droits de la personne, aux droits collectifs et identitaires (autochtones, ethniques, sociaux et environnementaux);
  • Les systèmes de dominations (économiques, politique-étatiques, raciaux, coloniaux, patriarcaux, etc.) et leurs impacts sur les identités (de genre et sexualité, de race, de classe sociale et intersectionnelles, etc.);
  • Les solidarités et revendications reliées aux territoires et territorialités géographiques et humaines (urbains, ruraux, périphériques, centraux, etc.) qu’ils occupent;
  • Les mouvements et contre-mouvements culturels et sociaux, leurs acteurs et instruments de mobilisation, incluant les mouvements féministes (droits sexuels et reproductifs, reconnaissance du travail invisible), idéologiques-partisans, environnementalistes, LGBTQ2+, entres autres;
  • Les représentations populaires et constructions sociales réelles et imaginées
    entourant les revendications et solidarités de la région (littéraires, culturelles, mythologiques, etc.)
Informations importantes

Pour présenter votre recherche, veuillez soumettre un résumé d’un maximum de 200 mots , à l’adresse courriel  colloqueetudiant.relam@gmail.com avant le 27 janvier 2020. Vous pouvez soumettre et présenter en français, anglais, espagnol ou portugais. Veuillez indiquer votre nom complet, discipline, cycle d’étude, université, et la langue utilisée pour la présentation. Les étudiant-e-s dont le résumé aura été retenu devront soumettre leur communication finale (d’un maximum de 8000 mots) le 12 avril 2020 .

La date limite pour soumettre votre proposition est le 27 janvier 2020.


EN RÉSUMÉ

  • Courriel: colloqueetudiant.relam@gmail.com
  • Date limite pour soumettre un résumé : 27 janvier 2020
  • Date de notification d’acceptation : 15 février 2020
  • Date limite pour soumettre votre communication finale : 12 avril 2020
  • Date du Colloque : 8 mai 2020

Pour avoir accès à toute l’information, cliquez ici.


Conférence animée par John Loughlin

Lieu
UQAM – Pavillon Hubert-Aquin (A)A-3440
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (QC)

Date / heure
Mercredi 16 octobre 2019 | 9 h 30 à 11 h


Département de science politique,en partenariat avec la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC)    

Parmi les récents travaux sous sa direction :

  • Human Dignity in the Judaeo-Christian Tradition (Bloomsbury, 2019).
  • The Routledge Handbook of Regionalism and Federalism (Routledge, 2013), avec J. Kincaid et W. Swenden
  • The Oxford Handbook of Local and Regional Democracy in Europe (Oxford University Press, 2010), avec F. Hendriks and A. Lidström

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5