La rentrée 2020 de la CREQC

La CREQC débute 2020 sur le bon pied

La Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC) lance ses activités en ce début 2020 avec un premier séminaire avec Guillaume Lamy qui présente ses travaux sur les think tanks le lundi 20 janvier au département de science politique de l’UQAM.

Parmi les activités au programme cette session, j’aurai le plaisir d’aller prononcer une grande conférence portant sur l’état de la fédération canadienne à Grainau dans le cadre de la rencontre annuelle des Pays germanophones en études canadiennes. Cette communication sera suivie, à la mi-mars, d’une série de conférences en Bosnie-Herzégovine – avec des rendez-vous à Sarajevo, Mostar et Neum – sur le besoin pressant de trouver un équilibre entre la protection des droits individuels et des droits collectifs pour le mieux être des sociétés démocratiques complexes . En avril, j’honorerai l’invitation de l’Association britannique en études canadiennes (BACS) pour y discuter de l’évolution du Canada et du Québec au sein de l’ordre mondial émergent.

Soulignons que Benoît Morissette, gagnant du concours postdoctoral du CRIDAQ pour l’année 2019-2020, assume le leadership du séminaire de la relève du CRIDAQ le 13 mars et organise le 17 mars une importante conférence internationale pour débattre des enjeux normatifs des politiques urbaines d’immigration et d’intégration (Vers des villes inclusives!).

Les travaux de la CREQC se concrétiseront ce printemps sous la forme de trois publications avec comité d’évaluation. Ces projets éditoriaux sont nés de trois collaborations interuniversitaires : Federalism and National Diversity in the 21st Century (avec Arjun Tremblay, U. Régina) chez Palgrave Macmillan; la 7e édition de Canadian Politics (avec James Bickerton, U. St. Francis Xavier) à University of Toronto Press; et Canadian Federalism and Its Future: Actors and Institutions (avec Johanne Poirier, U. McGill) à McGill-Queen’s University Press.

Le projet international 50 déclinaisons du fédéralisme, mené avec les collègues Soeren Keil et Paul Anderson de Christchurch University de Canterbury, poursuit sur sa lancée en publiant douze nouveaux textes d’ici le début mai. Je vous incite fortement à suivre la parution de ces articles courts rédigés par des spécialistes de premier plan du fédéralisme. Merci à Félix Mathieu, doctorant en science politique à l’UQAM, qui s’investit sans compter dans ce projet éditorial.

Je vous encourage enfin à vous inscrire à  mon cours de 2e et de 3e cycles consacré aux Questions politiques canadiennes et québécoises que j’offrirai à l’automne 2020. Ce sera un plaisir de vous y accueillir et de vous accompagner dans la concrétisation de vos propres projets. J’en profite pour vous souhaiter une année 2020 à la hauteur de vos aspirations et de vos passions. 

Alain-G. Gagnon,
Titulaire

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5