Journée carrière en science politique

Vendredi 15 mars, une journée carrière a réuni un groupe de personnes diplômées des programmes de maîtrise ou de doctorat de l’UQAM. Il s’agissait de : Mmes Lysanne Picard, ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Gouvernement du Québec (M. A., 2011), Caroline Leprince, Women in International Security, Canada (M. A., 2012), Cassandre Guibord-Cyr, Bureau international du Travail, Genève (M. A., 2012), Yohanna Loucheur, Affaires mondiales Canada, Gouvernement du Canada (M. A., 1996), Julie Auger, Agence de santé publique du Canada, Gouvernement du Canada (M. A., 2007) et Amélie Escobar, adjointe au maire, Arrondissement du Plateau Mont-Royal (M. A., 2017), ainsi que de MM. Charles Létourneau, Directeur, Stratégie et analyse, Chambre de Commerce du Montréal métropolitain (M. A., 2006) et Jean-Gérald Cadet, Bureau de la Principale, Université McGill (Ph.D., 2006).

Tout au long de la journée, ces personnes ont pu entretenir les étudiantes et étudiants présents de la nature du travail qu’elles accomplissent, du cheminement qu’elles ont suivi depuis la fin de leurs études pour parvenir à leur emploi actuel, ainsi que de la pertinence de leur formation en science politique  au regard de celui-ci.  

Parmi les leçons qu’on a pu retenir de cette journée, notons : 

1. les capacités d’analyse et de synthèse, notamment celle qui consiste à présenter un problème ou une situation dans un document court, rédigé dans une langue accessible et produit dans des délais courts, sont particulièrement en demande; 

2. dans l’évaluation d’un c.v., les activités menées en parallèle des études et qui témoignent de compétences spécifiques (ex. capacité de travailler en équipe) sont vraiment prises en considération; 

3. les positions dans lesquelles une formation en science politique est jugée pertinente sont beaucoup plus nombreuses qu’on ne l’imagine, non seulement dans les secteurs public et associatif, mais aussi dans le secteur privé (où l’analyse de risques, par exemple, est devenu un passage obligé et à laquelle des politologues peuvent apporter une contribution spécifique).  

Cette journée fut à la fois utile et stimulante pour toutes les personnes qui y ont pris part. On espère une nouvelle édition l’an prochain.

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5