• Consulter les infos pratiques

Auteur : saintonge_c

Orient-Occident, de Thierry Hentsch,

Démythifier le monde arabe

Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Pour entendre Georges Leroux nous parler du travail de Thierry Hentsch, c’est sur le site de Radio-Canada, lors de son passage à l’émission Plus on est de fous, plus on lit!

Pour écouter, c’est ici.

Aperçu

« Il est un précurseur. [II a étudié] notre rapport à l’Orient arabe 20 ans avant que ce sujet n’arrive en Occident. Il a posé les jalons d’une vraie réflexion sur comment comprendre les musulmans et, surtout, comment désamorcer la représentation qu’on en a, qui est toujours négative. » Le philosophe Georges Leroux louange le travail de son collègue et ami Thierry Hentsch, décédé en 2005. Le fruit du labeur de ce professeur de politique est enfin réuni dans l’essai Orient-Occident : écrits politiques dispersés.

Paradiplomatie identitaire

Nations minoritaires et politiques extérieures.

Les Presses de l’Université du Québec vous présentent « Paradiplomatie identitaire, nations minoritaires et politiques extérieures ».

Cet ouvrage a vu le jour sous la direction de Justin Massie et de Marjolaine Lamontagne. Plusieurs collaborateurs ont également contribué à la création de ce livre, dont David Criekemans, José Luis de Castro Ruano, Caterina, Garcia Segura, Marjolaine Lamontagne, André Lecours, Justin Massie et Stéphane Paquin.

RÉSUMÉ

Pourquoi le Québec est-il si actif sur la scène internationale ?

Qu’adviendra-t-il de la diplomatie catalane suite à la répression du mouvement sécessionniste par Madrid ? Comment expliquer la normalisation de la diplomatie flamande ?

Le présent ouvrage propose un portrait comparatif et actualisé de la diplomatie des nations dites « minoritaires », communément entendue sous le vocable de « paradiplomatie identitaire ». Il jette un regard novateur sur les relations internationales des États non souverains en étudiant l’influence du nationalisme minoritaire sur la politique extérieure. Rassemblant les contributions de spécialistes de renom, il examine les plus récentes activités de l’Écosse, de la Catalogne, de la Flandre, de la Wallonie, du Pays basque et du Québec.

Il se dégage un constat commun de l’étude de ces États : plus que la mondialisation ou le régime constitutionnel dans lequel ils évoluent, c’est le nationalisme qui s’avère être la force structurante et l’élément déterminant de l’intensité et de la nature de leur diplomatie. Ainsi, au gré des dynamiques nationalistes et intercommunautaires, certaines nations non souveraines ont cherché à éprouver les limites de leur cadre constitutionnel ou sont devenues porteuses de revendications sécessionnistes. D’autres, par pragmatisme ou par nécessité, se sont recentrées sur des objectifs fonctionnels au détriment de leur dimension identitaire, allant parfois jusqu’à accroître significativement leur degré de coopération avec l’État souverain et leur niveau de conformité aux lois constitutionnelles. Cet ouvrage offre ainsi une grille d’analyse de la trajectoire que prennent plusieurs nations non souveraines sur la scène internationale.

Pour plus d’informations, le site web des Presses de l’Université du Québec.

Bonne lecture !

« Orient-Occident, écrits politiques dispersés »

Nouvelle parution des écrits de Thierry Hentsch, jadis enseignant au sein du département de science politique de l’Université du Québec à Montréal.

Ce magnifique recueil qui rend hommage aux mots de M. Thierry Hentsch.

Présenté et réunis par Nathalie Fortin et Georges Leroux.

Nathalie Fortin est docteure en littérature française et éditrice.

Georges Leroux est professeur émérite au Département de philosophie de l’Université du Québec à Montréal.

RÉSUMÉ

Près de quinze ans après la mort de Thierry Hentsch, son héritage intellectuel est toujours vivant. Revenir à son oeuvre, c’est non seulement mesurer son influence, mais c’est aussi tenter d’éclairer la manière dont l’époque a imprégné sa pensée et orienté sa vie. 

En plus de ses grands livres − L’Orient imaginaire (1988) Raconter et mourir (2002) et Le temps aboli (2005) −, il laisse, échelonnés sur plus de trente années de réflexion, des dizaines d’écrits politiques sur les rapports de l’Occident avec l’Orient, cet autre toujours figé dans le stéréotype. Cette anthologie, qui présente vingt études marquantes, suit l’évolution de la pensée de l’auteur. Toujours attentif à l’événement, celui-ci cherche autant les constances, les repères et les impasses que les ouvertures au dialogue. Ses textes nous mettent en présence d’un désarroi que, toujours conscient de ses limites, il n’a pu ignorer et avec lequel il a dû continuer à vivre et à réfléchir. C’est cette inquiétude, faite de rigueur, de lucidité et d’authenticité, qui est ici mise en avant.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site web des Presses de l’Université de Montréal

Lancement en librairie le 17 septembre 2019!

« Nous n’irons plus aux urnes, plaidoyer pour l’abstention »

Francis Dupuis-Déri, professeur à l’UQAM, signe son nouvel ouvrage :

« Nous n’irons plus aux urnes, plaidoyer pour l’abstention »

qui sera disponible en librairie dès le 3 octobre 2019.

RÉSUMÉ

Voter ou ne pas voter, telle est la question qu’on n’ose pas poser dans nos régimes parlementaires, où les élections sont des rituels sacrés. En défendant la légitimité de l’abstention, cet essai attaque de front la conviction selon laquelle le vote serait un devoir, et le refus de voter une dangereuse hérésie. Bien plus qu’une simple apologie de l’abstention, cet ouvrage propose ainsi une critique radicale du système électoral.

En plus de rappeler les raisons qu’évoquent des abstentionnistes issus de toutes les couches de la société, l’auteur décrit les stratégies souvent amusantes imaginées pour subvertir le jeu électoral : appel au boycott ou au vote nul, candidatures loufoques et satiriques de plantes, d’animaux, d’humoristes, de punks ou de gnomes anarchistes. Cette galerie des figures de la résistance au vote révèle également les nombreux et puissants mécanismes d’autodéfense du système électoral, qui réussit toujours à imposer ses propres règles, même aux plus contestataires. Aussi, l’abstention n’est féconde que si elle va de pair avec un engagement et des mobilisations autonomes, populaires et solidaires.

Site web

« Les puissants à l’assaut de la culture »

Voici un nouvel ouvrage qui a été crée sous la direction de Alexandre Bohas. Ce recueil contient un postface de Judith Trunkos et de Philip G. Cerny.

RÉSUMÉ

Les sphères de la culture sont devenues incontournables pour comprendre les stratégies de puissance des industries culturelles et des gouvernements. Si l’essentiel de l’activité internationale en matière culturelle provenait de l’Amérique, ce temps est révolu. Aujourd’hui, on assiste à une démultiplication des acteurs privés et publics et de leurs coalitions transnationales, tandis que le numérique prend une place prépondérante dans les luttes hégémoniques. D’une part, les pays émergents ont poursuivi une politique de développement culturel réussie. D’autre part, les géants du web (GAFAM) ont investi l’audiovisuel. Sans régulation, ces nouveaux acteurs rivalisent avec les puissances établies pour concentrer une part de soft power.

Alexandre Bohas est professeur d’affaires internationales à l’ESSCA École de management et chercheur associé à Aix-Marseille Université. Spécialiste des industries culturelles, il analyse les stratégies de puissance transnationale à l’oeuvre dans la mondialisation.

Des chercheurs de l’UQAM se sont également impliqué au sein de cet ouvrage, Michèle Rioux et Destiny Tchéhouali.

Relations internationales, théories et concepts

Voici la toute nouvelle édition de « Relations internationales, théories et concepts » par Athéna Édition, revue et augmentée.

Sous la direction de Alex Macleod et Philippe Bonditti.

RÉSUMÉ

Fruit d’une collaboration franco-québécoise, cette quatrième édition revue et augmentée de Relations internationales. Théories et concepts offre près de soixante-dix nouvelles entrées qui reflètent l’évolution de la discipline et de son lexique au cours des dernières années.

On y trouvera aussi une bibliographie mise à jour, et plus de 1500 références supplémentaires par rapport aux précédentes éditions.

Les objectifs de l’ouvrage sont restés inchangés. Plutôt que de proposer des définitions stables pour chacune de ses entrées, ce dictionnaire cherche plutôt à faire connaître les débats et les controverses qui entourent les idées et les concepts du champ d’études des Relations internationales. Il contient également un lexique anglais-français de tous les termes proposés pour faciliter la lecture de textes dont la traduction française n’est pas encore disponible.

LES DIRECTEURS

Alex Macleod est professeur associé au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal.

Philippe Bonditti est Maître de conférences en sciences politiques à l’École européenne de sciences politiques et sociales de l’Institut catholique de Lille (ESPOL-ICL) et chercheur associé au LabToP-Cresppa-CNRS-Paris8.
Read more at http://www.athenaeditions.net/pages/nouveautes/relations-internationales-4e-editions.html#aK2421L5sEsEHhcK.99

Maintenant en librairie !

www.athenaeditions.net | www.facebook.com/athenaeditions

Critiquer l’« immigration massive »

Critiquer l’« immigration massive » : une tradition bien de chez nous

Chronique par Francis Dupuis-Déri pour la revue Ricochet, le 22 août 2019

« La Commission parlementaire sur l’immigration a permis à tous les camps de répéter leurs arguments pour ou contre l’immigration. Lors de la dernière campagne électorale, la CAQ proposait de baisser l’immigration de 52 000 à 40 000 personnes, sans que personne n’explique les calculs permettant d’atteindre de tels chiffres. Tout ce débat n’avait évidemment qu’une fonction : maximiser des gains électoraux.»

Lire l’article au complet.

Guillaume Lamy

Téléphone : 514-987-3000 (poste 4141)
Courriel : lamy.guillaume@uqam.ca


Activités professionnelle
  • Associé à la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC)
  • Collaborateur au Think Tanks and Civil Societies Program, Université de Pennsylvanie
Domaines de recherche
  • Think tanks
  • Laïcité
  • Controverses publiques
  • Idéologies contemporaines.
Thèse

Sujet de thèse

Cartographie des clivages idéologiques des think tanks socio-économiques dans le Canada du 21e siècle

Directeur de thèse

Alain-G. Gagnon

Formation
  • Maîtrise en science sociologie, UQAM
  • Baccalauréat en sociologie, UQAM
Bourses
  • Bourse de recrutement des cycles supérieurs en sciences politiques pour l’excellence du dossier académique (FARE), automne 2016
  • Sélection finale, prix du livre politique de l’Assemblée nationale, 2015.
Publications

Publications

  • Guillaume Lamy (2015). Laïcité et valeurs québécoises : les sources d’une controverse. Montréal : éditions Québec Amérique, 214 pages. (ISBN 978-2-7644-2924-2)
  • Guillaume Lamy (2013). Cartographie de la controverse entourant le rapport de la commission Bouchard-Taylor (2008-2013), mémoire présenté comme exigence partielle à la maîtrise en sociologie, 167 pages. (Trois mentions d’excellence).
  • Guillaume Lamy (2016). « Commission Stasi et charte des valeurs québécoises : nouvelle trajectoire de la laïcité au Québec et en France ». Dans Charles Mercier et Jean-Philippe Warren (dir.), Identités religieuses et cohésion sociale, Éditions le bord de l’eau, Bordeau (France), p.111-122. (ISBN : 9782356874733)
  • Guillaume Lamy (2014). « Sociologie contre sociobiologie, le choc des paradigmes : petite histoire d’une controverse ». Dans Benoît Coutu (dir.), La dualité nature-culture en sciences sociales. Montréal : Les éditions du Carré rouge, p.181-210. (ISBN 978-2-9809333-8-7)
  • Guillaume Lamy et Marc-André Gagnon (2013). « Recherche et économie du savoir ». Dans Guillaume Lamy (dir.), C’est encore faux : 50 autres idées déconstruites par des spécialistes, p.171-201.
  • Guillaume Lamy (2014). « Laïcité et valeurs québécoises : un état des clivages idéologiques ». Dans Immigration, diversité ethnoculturelle, Micheline Labelle, René Milot et Sabine Choquet (dir.), Les Cahiers de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté, no. 36,
    p.69-78. (ISBN978-2-921600-36-1)

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5