• Pourquoi choisir la science politique à l'UQAM

Auteur : Ayrault, Romain

Appel à communication – Les descendants de migrants en Afrique de l’Ouest

« On les appelle « taboussés/taboussis », « dankasa » … les descendants de migrants en Afrique de l’Ouest »

Colloque de Yamoussoukro (Côte d’Ivoire)  12-14 décembre 2022 

Appel à communication 

Une question fondamentale se pose alors au sujet de l’intégration des descendants de migrants : Combien de générations d’enfants de migrants doivent encore être considérées dans les effectifs de population immigrée, alors qu’on ne nait évidemment pas « immigré » ?  Dans les pays d’accueil, les descendants de migrants constituent une frange de plus en plus importante de la population. Cela représente une évolution démographique fondamentale dans les pays d’immigration. De par leur statut juridique, les descendants de migrants se répartissent entre nationaux des pays d’accueil et ceux des pays d’origine. Ces derniers rentrent temporairement ou définitivement dans leurs pays d’origine pour des raisons diverses. Le Burkina Faso, par exemple, accueille depuis des décennies de manière croissante en provenance de la Côte d’Ivoire plusieurs milliers de descendants de migrants en quête d’inscriptions dans les universités publiques.

Une véritable reconstruction identitaire s’effectue alors dans le pays d’accueil, chez les migrants et plus encore chez leurs descendants. A des degrés divers, ces derniers entretiennent à la fois un lien avec le pays de naissance et celui d’origine, vivant donc dans une « double inscription ». Certains descendants de migrants sont en rupture progressive de liens avec leurs pays d’origine. Ils sont alors dans des logiques avancées d’intégration et d’assimilation. Des enjeux socioculturels, économiques, juridiques et politiques existent chez les descendants de migrants dans un contexte de revendications diverses et de déni identitaire dans les pays d’accueil et d’origine.

Dans la dynamique du transnationalisme dans l’étude des migrations, les communications pourraient aborder la thématique du colloque à partir des symboles d’appartenances, les logiques de mobilités, les représentations des territoires, des frontières et des états-nations d’origine et l’influence des communautés.

Axes de réflexion

Les axes majeurs suivant lesquels les communications devront être proposés sont les suivants :

Axe 1 : L’intégration socioéconomique et culturelle des premières générations de descendants de migrants et la problématique du « retour au pays »

Axe 2 : Les questions de la nationalité/citoyenneté des descendants de migrants, leurs engagements politiques et de l’apatridie

Axe 3 : Les constructions identitaires et les sentiments d’appartenance chez les descendants de migrants : être d’ici et là-bas.

Institutions organisatrices :

Le colloque est organisé par la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la Recherche de la Paix avec des universités partenaires : Université Félix Houphouët-Boigny, Université de Ouagadougou Joseph Ki-Zerbo, Université du Québec à Montréal.

Participants ciblés

Divers profils de participants sont attendus à ce colloque. Ce sont particulièrement, les enseignants-chercheurs des universités, les chercheurs des institutions de recherche, les doctorants. Hormis le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, des participants sont attendus du milieu des experts en matière de migrations, des institutions internationales, des ONG, du monde politique et des institutions gouvernementales, etc.

Langues de travail

La langue de travail lors du colloque est le français. Cependant, des communications en anglais sont acceptées.

Appel à comminucation

Nouvelle publication de Caroline Patsias : Environmental justice against environmental policies: the example of Montreal boroughs

« Environmental Justice Against Environmental Policies: The Example of Montreal Boroughs». Journal of environmental planning and policy.  

ABSTRACT

This article examines middle- and working-class citizens’ opposition to green policies in two Montreal boroughs. Through observation of council meetings, it seeks to understand how citizens discuss green policies in local political institutions. In this study, citizens do not oppose environmental policies by principle nor deny the existence of environmental problems. Rather, they feel swept along by a ‘green revolution’ for which they will bear most of the costs without any short-term benefit. In order to voice this concern, they tend to use the notion of environmental justice in opposition to environmental policies. Their understanding of environmental justice merges a procedural critique of democracy regarding participation and transparency and a substantial critique of inequities in the distribution of the environmental burden. These citizens also manifest an attachment to their neighborhood that connects the environment to the concept of the common good and an exercise of democracy. In this regard, this study reveals how citizens who mobilized within institutions come to a political understanding of environmental issues through the notion of environmental justice.

Introduction

It is increasingly difficult to plead ignorance of the ecological crisis. The results of scientific studies on the matter have been reported in the mass media, and some indicators of climate change have become visible to the non-expert eye: rising water levels, warmer summers, earlier droughts, disappearance of species, etc. (Browne, 2018; Kolbert, 2014). How, then, can we explain the denial of climate change on the part of some citizens or their resistance to green policies? Studies have pointed to the roles of ideology, resentment (Cramer, 2016; Hochschild, 2016) and/or egotism, with respect to the Not in My Backyard (NIMBY) and Locally Unwanted Land-Use (LULU) phenomena (e.g. Bullard & Wright, 2009; Schively, 2007). Based on the observation of citizens’ opposition to environmental policies in two borough councils of Montreal (Canada) between 2016 and 2020, this article suggests another explanation for this opposition via the notion of environmental (in)justice – briefly defined as the unequal consequences of environmental issues and policies on citizens (Taylor, 2000). I indeed argue that the use of environmental justice points to the need for more transparent and inclusive democratic policymaking and expresses a concern for the distributive consequences of policies on the daily life of citizens. These elements have been underscored by other studies at the municipal level (Kreller & Graham, 2019). However, these quantitative studies do not observe citizens ‘in context’ (Eliasoph, 1998) within representative institutions. In contrast, in this article, I illustrate how the airing of environmental justice is embedded in the practice of democracy. Also, I do not examine, as it was done previously, the mobilizations for environmental justice and green policies but instead how environmental justice can fuel the opposition to green policies.

Lien vers l’article complet : https://doi.org/10.1080/1523908X.2022.2079476

Alain-G. Gagnon est récipiendaire de l’Ordre national du Québec

Alain-G. Gagnon recevra le titre de chevalier (C.Q.) de l’Ordre national du Québec pour souligner son apport significatif à l’évolution et au rayonnement du Québec.

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, a annoncé que trente-deux personnes seront honorées, cette année, de l’un des trois grades de l’Ordre national du Québec. Les récipiendaires seront décorés le mercredi 22 juin, lors d’une cérémonie qui se déroulera à l’agora du pavillon d’accueil de l’hôtel du Parlement, à 14 h. La cérémonie sera diffusée en direct sur le canal télévisuel et le site Internet de l’Assemblée nationale du Québec, de même que sur le site de l’Ordre national.

Félicitations pour cette importante reconnaissance!

À propos de l’Ordre national du Québec

Fondé en 1984, l’Ordre national du Québec est la plus prestigieuse reconnaissance décernée par l’État québécois. Chaque année depuis 1985, le premier ministre du Québec rend hommage aux personnes d’exception qui, par leurs réalisations, leurs valeurs et leurs idéaux, ont marqué l’évolution et le rayonnement du Québec. Il leur confère les titres prestigieux de chevalier ou de chevalière, d’officier ou d’officière, ou de grand officier ou de grande officière de l’Ordre national du Québec.

Source : l’Ordre national du Québec

Une nouvelle collection dirigée par Alain-G. Gagnon voit le jour aux Presses de l’Université Laval

Dirigée par Alain-G. Gagnon, « Études constitutionnelles et fédérales » est une nouvelle collection qui voit le jour aux Presses de l’Université Laval.

À propos de « Études constitutionnelles et fédérales »

Au cœur des sujets qui font l’objet de cette collection, il y a certes les enjeux relatifs aux relations fédérales-provinciales et intergouvernementales et, de façon non exhaustive, les questions traitant du partage des pouvoirs et de l’autonomie politique réclamée par diverses communautés politiques au sein des États fédéraux de nature multinationale. Sont débattues les conditions essentielles à la stabilité des régimes fédéraux complexes et sont discutées les mesures à considérer pour les nations constituantes en vue d’améliorer leur présence au sein des institutions politiques. Le domaine de la science politique est bien évidemment mis à contribution pour éclairer l’avènement de démocraties fédérales plus justes et représentatives et davantage outillées pour répondre aux besoins de communautés politiques ayant pu faire l’objet de traitement inéquitable au fil du temps. Des études sont aussi consacrées au droit constitutionnel de même qu’à l’approfondissement des approches théoriques et normatives. Enfin, la publication d’études portant sur l’instauration de politiques gouvernementales relevant des principaux ordres de gouvernement est encouragée.

Les autrices et les auteurs publiés dans la collection « Études constitutionnelles et fédérales » ont en commun de vouloir éclairer les débats constitutionnels en prenant soin d’explorer les diverses traditions et manifestations du fédéralisme. Les travaux publiés dans cette collection contribuent à mettre en tension les analyses érudites produites par les collègues des facultés de droit et de science politique, tout en jetant un regard attentif aux contributions en provenance des sciences économiques, de l’histoire, de la philosophie et de la sociologie politique. Aussi, sont mis en valeur les récits et les travaux des personnes ayant acquis une expérience concrète au sein des institutions politiques et des instituts spécialisés de recherche. La présente série d’ouvrages est menée sous les auspices du Centre d’analyse politique : constitution – fédéralisme (CAPCF) basé à l’Université du Québec à Montréal (www.capcf.uqam.ca).

Le nationalisme constitutionnel au Canada rédigé par David Sanschagrin est le premier titre qui paraîtra cet automne.

Pour en savoir plus : Études constitutionnelles et fédérales

Nouvelle publication de Julián Durazo-Herrmann and Fábio Henrique Pereira (2022)

“Political stability and subnational media systems: Comparing Bahia and the Federal District (Brazil)” , Communication Research and Practice, DOI: 10.1080/22041451.2022.2056423

In this article, we argue that the degree of political stability is a critical element in the evolution of media systems. In our view, it is the causal mechanism allowing for the political parallelism of media systems. We argue that political stability has three main effects on media systems: it consolidates the operating principles and mechanisms of the public sphere; it gives clear and self-assumed political identities to media actors; and it allows for the establishment of predictable, long-term professional relationships within the media system as well as between journalists and their sources. To test this hypothesis, we compare Bahia and the Federal District, two Brazilian subnational units that differ essentially by the degree of political stability they experienced between 2003 and 2018.

Le lien de la bibliothèque ci-dessous
 https://www-tandfonline-com.proxy.bibliotheques.uqam.ca/doi/full/10.1080/22041451.2022.2056423

Versions catalane et espagnole du projet 50 déclinaisons de fédéralisme

L’Institut d’Estudis de l’Autogovern de la Generalitat de Catalunya (en français : L’institut d’études de l’autogouvernement de la Généralité de Catalogne) se joint comme partenaire du projet 50 Shades of Federalism / 50 déclinaisons de fédéralisme en proposant une traduction inédite en catalan et en espagnol des articles de recherche publiés dans le cadre de la veille internationale en études fédérales.

Établi en 2017 à l’Université Christ Church de Canterbury en partenariat avec le CAP-CF et la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), ce projet a pour vocation d’éclairer les débats qui portent sur le fédéralisme et l’étude des fédérations. Au Québec, ce projet bénéficie de l’appui du Secrétariat du Québec aux relations canadiennes (SQRC).

Pour rappel, l’objectif premier de ce projet consiste à rendre accessible des articles de recherche en libre accès, succincts et de grande qualité. Les contributions sont réparties autour de cinq thèmes principaux : 1) les études de cas, 2) la résolution de conflit, 3) la gestion de la diversité, 4) les politiques publiques, et 5) la théorie.

Consultez les textes de 50 ombres del federalism (version en catalan).

Consultez les textes 50 sombras del federalismo (version en espagnol).

Le département de science politique accueille une nouvelle recrue au sein de son corps professoral

Depuis le 1er juin 2022, Elizabeth Chrun devient officiellement professeure au département de science politique. Nous lui souhaitons la bienvenue au sein du département !


Elizabeth Chrun est professeure au département de science politique à l’Université du Québec à Montréal. Ses travaux de recherche, situés aux confluents des politiques publiques et du droit, sont éclairés par une perspective à la fois comparée et internationale. Plus précisément, son agenda s’articule autour de trois axes : 1) le développement des institutions anticorruption dans le contexte de la « bonne gouvernance » et d’intégrité ; 2) la diffusion des normes internationales et leur intégration dans les politiques publiques au niveau national ; et 3) la dissémination et la mobilisation du savoir scientifique par l’entremise d’outils méthodologiques novateurs. Ses recherches ont été publiées dans la Annual Review of Environment and Resources et Business and Politics, entre autres. Elle participe aussi à quelques projets collaboratifs : elle est co-auteure de la Base de données sur la Cour européenne des droits de l’homme (ECHRdb) et elle est responsable du design d’information scientifique du Labo CURIA.

Elle détient un doctorat en science politique de l’Université de Washington à Seattle, où elle était chercheuse au Comparative Law & Society Studies Center et au Center for Environmental Politics et boursière du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Avant de se joindre à l’UQÀM, elle était chercheuse postdoctorale du Fonds de recherche du Québec – Société et culture à l’Université McGill.

Elle est née et a grandi au Québec. Elle est une universitaire de première génération.

7ème Colloque étudiant international du RÉALM | Tensions, ruptures et dialogues en temps de crises et d’incertitudes à travers l’Amérique latine et les Caraïbes

Tensions, ruptures et dialogues en temps de crises et d’incertitudes à travers l’Amérique latine et les Caraïbes

11 et 12 Mai 2022

Le comité étudiant du Réseau d’études latino-américaine de Montréal (UQAM, Université de Montréal, Concordia et McGill) organise son septième colloque étudiant qui aura lieu le 11 et 12 mai 2022 à l’Université de Montréal. Ce colloque multidisciplinaire et quadrilingue aura pour thème : « Tensions, ruptures et dialogues en temps de crises et d’incertitudes à travers l’Amérique latine et les Caraïbes ». Les étudiant-e-s auront l’opportunité de présenter leur recherche dans un panel modéré par un-e spécialiste (étudiant-e ou professeur-e) de l’Amérique latine dans l’une des quatre langues du RÉLAM (français, anglais, espagnol, portugais). Ce colloque est une excellente opportunité pour les étudiant-e-s d’échanger des idées et d’obtenir des rétroactions sur leurs recherches d’autres étudiant-e-s, professeur-e-s et chercheur-e-s.

Lien Zoom

Pour le mercredi 11 mai

Lien zoom (unique pour la journée) : https://umontreal.zoom.us/j/89909019339?pwd=bmdTMUs1VjlxSjlUUUZraG5iVUR3Zz09 Meeting ID: 899 0901 9339 – Passcode: 073209

Pour le jeudi 12

Lien zoom (unique pour la journée) : https://umontreal.zoom.us/j/85685746562?pwd=V1dNeVpVdVY3aHNxYzBzcHhjallKQT09 Meeting ID: 856 8574 6562 – Passcode: 037200

*****

Tensions, disruptions, and dialogues in times of crises and uncertainties across Latin America and the Caribbean

May 11th and 12th, 2022

The student committee of the Latin American Studies Network of Montreal (UQAM, University of Montreal, Concordia and McGill) is organizing its seventh student conference to be held on May 11 and 12 2022 at the University of Montreal. The issue of this multidisciplinary and multilingual colloquium is “Tensions, disruptions, and dialogues in times of crises and uncertainties across Latin America and the Caribbean”. Students will have an opportunity to present their works in front of a panel moderated by a specialist of Latin America (student or professor) in one of the four languages of RÉLAM (French, English, Spanish, and Portuguese). This conference is an excellent opportunity for students to exchange ideas and obtain valuable feedback from other students, professors, and researchers.

See attached the banner and program of the conference.

Zoom links

May 11th

Zoom link (exclusive for this day): https://umontreal.zoom.us/j/89909019339?pwd=bmdTMUs1VjlxSjlUUUZraG5iVUR3Zz09 Meeting ID: 899 0901 9339 – Passcode: 073209

May 12th

Zoom link (exclusive for this day): https://umontreal.zoom.us/j/85685746562?pwd=V1dNeVpVdVY3aHNxYzBzcHhjallKQT09 Meeting ID: 856 8574 6562 – Passcode: 037200

Les Jeux de la Science Politique – édition 2022

La 11e édition des Jeux de la Science Politique s’est tenue à l’UQAM du 29 avril au 1er mai 2022.
Le directeur du département de science politique de l’UQAM, M. Jean-Guy Prévost, ainsi que Mme Kim Fontaine-Skronski, de l’association internationale de science politique AISP, ont prononcé les allocutions d’ouverture des jeux.

Voici les résultats de la délégation de l’UQAM aux Jeux de la science politique 2022.

Classement général : Médaille d’argent

3 médailles d’or
Cas académique
Débat
Gestion de crise

3 médailles d’argent
Journalisme politique
Social
Esprit sportif

1 médaille de bronze
Quiz

2 4e place
Négociations
Discours

Classement général
1 Université Laval
2 UQAM
3 Université Sherbrooke
4 Université McGill
5 Université de Montréal
6 Université d’Ottawa
7 Université de Moncton
8 Université Concordia
9 Université Bishop’s

Pour plus de résultats de la délégation UQAM JDSP https://www.facebook.com/jdsp.ca/posts/525282189303280

Encore Bravo à tous les participants!

Département de science politique

Institution de premier plan, le Département de science politique accueille près de 800 étudiants inscrits aux trois cycles d’études et se compose de 36 professeurs dont l’expertise couvre tous les champs disciplinaires de la science politique.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de science politique
Local A-3405
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5